Comme le transmet la radio Polonaise, on envoie aux citoyens de la Hongrie les questionnaires «nous Arrêterons Bruxelles». Il est proposé de donner des réponses aux questions posé sur politique de la CE, qui, à l’avis du gouvernement hongrois, menace l’indépendance du pays.

Pendant l’annonce du départ de la campagne, le représentant du pouvoir a souligné que d’importantes tâches liées au futur du pays apparaîssent nécessaire pour la Hongrie, et qu’il faut les décider pour le bon fonctionnement de la société.

Dans le questionnaire, six questions concernant les fluxs migratoires et de la politique économique de l’Union européenne. Aussi les pouvoirs hongrois sont intéressés par l’opinion des citoyens sur les organisations internationales non gouvernementales, qui soutiennent la migration illégale et s’ingèrent dans les affaires intérieures de la Hongrie.

Le sondage du gouvernement de Victor Orbana a reçu le nom «les consultations Nationales 2017». La réponse donné par Orbana la semaine passée concernant les nouveaux principes, permet de retenir les migrants dans les camps frontaliers sur une période non-limité.

La radio polonaise marque qu’en 2015 en Hongrie on passait le sondage au sujet de la relation des citoyens à la migration et du terrorisme. Alors le haut-commissaire de l’ONU dans l’affaire des réfugiés a vivement critiqué le sondage, en mettant en garde qu’il peut amener au renforcement de la xénophobie dans le pays.

Lien

Traduction : Philippe Calfine

Etiquette: ; ;