Le mouvement citoyen, lancé le 31 mars 2016, célèbre ce week-end  sa première bougie. Si beaucoup ont déserté les places, le mouvement n’est pas encore mort, et s’est transformé en archipels de collectifs. Le désir est intact : fonder les bases d’une société plus juste et égalitaire.

Nous sommes le 396 mars, selon le calendrier de Nuit Debout. Que reste-t-il de ce mouvement né au printemps dernier, le 31 mars 2016, après une manifestation syndicale contre la loi El Khomri. Des syndicalistes, des universitaires et des journalistes avaient alors appelé à rester sur la place de la République, à Paris. Leur but ? Organiser une « convergence des luttes » face aux tenants du pouvoir économique et politique et, surtout, « leur faire peur ». On connaît la suite. Des milliers de citoyens cherchent à rebattre les règles du jeu politique lors des assemblées populaires, qui fleurissent dans une centaine de villes françaises. Les places deviennent le réceptacle de toute une série de luttes ; un bouillonnement qui va en retour donner un sérieux coup de fouet au mouvement contre cette réforme régressive du code du travail.
Un an plus tard, la loi El Khomri a été adoptée, et les places ont été désertées. Ce mouvement citoyen ne s’est pas non plus structuré politiquement, depuis l’arrêt des manifestations contre la loi travail, à la mi-septembre. Il n’a pas donné naissance à l’équivalent d’un Podemos, qui a vu le jour trois ans après le 15M espagnol.

Le mouvement citoyen, toutefois, n’est pas mort. « Nous sommes passés à un autre rythme », explique un Nuitdeboutiste. Des noyaux durs restent actifs sur les réseaux sociaux, particulièrement à Paris.  Ils communiquent via Facebook et Twitter, mails et les applications WhatsApp et Telegram pour plancher sur des projets (création du site web « miroir2017.fr », actions).  « Des  groupes de discussion totalisent jusqu’à 250 personnes », assure Pierre, 31 ans, membre de la commission numérique, qui ne possède pas de carte dans une organisation politique ou syndicale. Ces outils numériques leur permettent de garder un lien précieux.

« Nuit Debout a réussi à mettre en contact des personnes qui ne se connaissaient pas, estime le sociologue Geoffrey Pleyers, rattaché à l’université de Louvain (Belgique), spécialiste des mouvements sociaux. Ensemble, ils ont créé des méthodes de travail nouvelles et les ont transmise. Et, ils ont constaté qu’ils partagent des luttes communes, ils ne sont pas seuls ». Les commissions écologie, économie-politique et Debout éducation populaire existent encore, même si le nombre de curieux et de participants a largement baissé. Tous les dimanches  sur la place de la Marianne au rameau d’olivier, une dizaine de personnes participe à l’atelier « quelle société veut-on ? »,  brassant des sujets allant du travail à la santé. La commission écologie compte, quant à elle, une vingtaine de membres encore actifs.

Sélyne continue de militer avec Nuit Debout. Engagée dès le 31 mars dans le groupe communication, cette ancienne adhérente du PG fait désormais partie du collectif « Nuit féministe » créé en octobre, émanation de la commission féministe parisienne. Des réunions se tiennent dans des cafés ou appartements toutes les deux semaines, entre les quarantaines de membres revendiqués par le groupe. Et de s’organiser sur le modèle des agoras citoyennes avec un ordre du jour, un temps de parole égal à tous, un compte-rendu de réunion… Féministe, Emmanuelle se reconnaît dans ce fonctionnement qui « casse un tas de codes : personne n’est le chef, chacun s’écoute à tour de rôle avec bienveillance et propose des idées. On ne veut pas de paroles d’experts pour décider à notre place. Cette absence de verticalité me plaît ».

A 30 ans, la jeune femme n’avait pas plongé dans la marmite militante avant de s’engager à Nuit Debout. Une expérience puissante. « Je croyais être émancipée, alors que je ne l’étais pas… Maintenant, j’ose davantage de choses. Je sais que je peux modérer une assemblée de 2 000 personnes, organiser une manifestation, discuter avec les services d’ordres… Mon engagement a été libérateur, ça donne des idées pour la suite », raconte-t-elle. Libératrice, l’expérience l’a aussi été dans sa vie personnelle : « je pensais que je ne pouvais pas exercer tel ou tel métier. Je n’osais pas, en réalité. Je cherche désormais un métier en rapport avec mes convictions, je n’ai plus peur ».

Une rétrospective positive qui fait écho à celle de Victor, étudiant en science politique à l’université de Paris VIII (Seine-Saint-Denis) et ex-militant au Mouvement des Jeunes communistes de France (MJCF). Les manifestations contre la loi el Khomri et Nuit Debout ont forgé sa conscience politique: «  j’ai ouvert les yeux sur la réalité du monde social et politique. Je n’étais pas très politisé avant, je ne remettais pas en cause les institutions de la Vème République par exemple », analyse ce jeune de 21 ans. Dans la commission actions qu’il a rejoint dès avril, il a eu « l’impression de (se) libérer, (se) responsabiliser en menant des initiatives avec un groupe soudé. J’ai vu aussi que nous pouvons influencer le cours des choses par nos propres moyens ». Maintenant salarié en parallèle de ses études, Victor manque de temps à consacrer au mouvement… Mais, « dès qu’il y a une manifestation, j’essaye de m’y rendre pour apporter mon soutien. J’étais à la Marche pour la justice et la dignité du 19 mars », assure-t-il.

C’est toujours l’austérité, les brutalités policières, le sexisme, le ras-le-bol qui poussent les Nuitdeboutistes à manifester, à l’appel de syndicats ou d’associations. Des militants font preuve de solidarité. « Lors du procès ‘’du faucheur de chaises’’ en 2017, un rassemblement avait été organisé à Dax, en soutien au militant altermondialiste Jon Palais, poursuivi par la BNP Paribas alors qu’il dénonçait l’évasion fiscale des banques. Des personnes de Nuit Debout ont donné un coup de main sur l’organisation, la confection de banderoles, communiquer sur les réseaux et sociaux et manifester », rapporte Marion, militante écologiste à Alternatiba et ex-membre de la commission internationale. En parallèle, des militants ont appelé, en février, à manifester partout en France contre « la corruption des élus », après les affaires Fillon. Et la campagne « NoCEtaChallenge » a été lancée sur les réseaux sociaux par Nuit Debout et des militants Sud, Attac, Stop Tafta. Objectif : le retrait du traité de libre-échange.

Des rassemblements sont fixés le 31 mars, 1 et 2 avril à Paris pour fêter le premier anniversaire du mouvement. L’occasion aussi de parler de son avenir. « Je ne pense pas que qu’il va renaître ce printemps, un contexte lui avait permis d’exister, juge pour sa part  Lison, militante féministe. Mais ce n’est pas un échec, d’autant que ce n’était pas sa vocation de durer sur les places publiques ». Et de monter au créneau contre «des injonctions de faire, de faire vite, avant même d’avoir pris le temps de se retrouver et de se connaître. Dans notre monde, tout ce qui ne crée pas quelque chose de concret est un échec. Nous refusons cette logique qui nous a jusqu’ici enfermé·e·s », lit-on dans le livre « mars » écrit par huit plumes de Nuit Debout (1).

Il est trop tôt pour juger de l’impact du mouvement, estime la nuideboutiste Sélyne. « La société n’a pas changé, mais des choses bourgeonnent. C’est un travail de longue haleine, ça ne va pas arriver en un clic. Ça demande à ce que les pouvoirs publics changent.  En attendant, bougeons les choses en faisant appel à l’intelligence collective et à la bienveillance de chacun. C’est déjà possible en  retrouvant des solidarités locales, quartier par quartier… Nous encourageons toujours les citoyens à oser le faire ». 

C’est  l’un des effets incontestable de Nuit Debout : ce mouvement a permis  de relever la tête. Durant quelques semaines,  «la multitude en quelque sorte reprend possession de sa propre puissance, jusque-là aliénée dans les captures étatiques », analysait aussi l’économiste Frédéric Lordon, figure du mouvement, dans un entretien bilan accordé au Bondy Blog, en septembre dernier. Et d’ajouter : « il y a sans doute quelque chose de ça qui s’est joué, même à très petite échelle, à Nuit Debout. (…) Le problème pour le pouvoir c’est quand “ça gagne”, quand la plaine entière vient à s’embraser. On ne va pas se raconter d’histoire, le feu n’a pas (ou pas encore) pris. Je crois cependant que beaucoup de gens qui étaient loin de l’événement l’ont regardé avec intérêt, et qu’il s’est peut être passé quelque chose dans les têtes dont nous ne pouvons pas encore mesurer tous les effets. »

Ceux qui persistent à faire vivre les réseaux de Nuit Debout, et son ingénierie, soulignent le processus d’éducation populaire qui s’est mené à ciel ouvert. « Si le mouvement n’a en apparence pas échappé aux écueil pourtant signalés de ‘tomber amoureux de lui-même’ et d’ériger en dogme la démocratie d’assemblée, il aura au moins eu comme effet immédiat de permettre une diffusion ou le renforcement d’une culture populaire démocratique. Non pas celle de l’intériorisation du système électoral via l’identification à tel ou tel parti de masse, mais une culture authentiquement démocratique, fondée sur le débat, jusqu’ici surtout le privilège des élites politiques et militantes », analyse un texte émanant d’une rencontre entre des militants de Nuit Debout de Rennes et de Paris Nuit debout, élaborée en vue du nouveau 32mars. Leur mouvement a permis de lancer avant l’heure le processus constituant, en permettant « une expérimentation à grande échelle du débat, l’exercice des capacités de prise de paroles, mais surtout d’écoute, de patience et de prise en compte des différences qui sont, pour les personnes qui y ont participé, quelque chose qu’ils n’oublieront pas… et dont ils pourront méditer les difficultés de mise en pratique. » Ce texte qui tente de faire une synthèse des propositions élaborées au sein des commissions démocratie de Nuit Debout avance surtout des propositions pour améliorer la participation des citoyens et le fonctionnement de la démocratie.

Les thématiques économiques, écologistes et sociales ne sont pas abordées directement par ce texte.  Une vision très citoyenne, certains diront « citoyenniste », qui s’était très vite opposée à tous ceux qui voulaient inscrire le mouvement dans des luttes plus sociales et politiques. Les différences de vues demeurent. Si beaucoup réinvestiront la place, ce week-end, d’autres appellent à un 1er tour social, le 22 avril prochain. Un appel soutenu par des syndicalistes de Goodyear, les syndicat Sud Poste des Hauts de Seine, Info Com’ CGT ou la compagnie Jolie Môme, dont certains membres étaient à l’origine du mouvement Nuit Debout.

Les effets de ces mouvements pourront se lire sur « le long terme », juge le sociologue Geoffrey Pleyers. « Il a fallu du temps avant d’observer les bouleversements culturels et politiques occasionnés par Mai 68. Si ces deux mouvements ne sont pas les mêmes, Nuit Debout va laisser des traces dans le paysage politique », poursuit-il. Pour Patrick Farbiaz, militant EELV et soutien de Jean-Luc Mélenchon, ce mouvement « influence déjà les débats d’idées à gauche. On le voit avec les débats sur l’article 49.3, la transparence de la vie publique, l’urgence d’une VIème République… ». De plus, selon lui, « les partis vont devoir fournir des réponses à ces aspirations s’ils ne veulent pas disparaître. Car, Nuit Debout a été l’expression de cette conscience citoyenne de plus en plus forte ».

Lien

Etiquette: ; ; ;