La victoire de voutchich des élections

Comme à lui-même déclaré Voutchitch sur les résultats du vote, les élections ont démontré que la majorité écrasante des citoyens de la Serbie approuve l’UE et au maintien des unions intimes avec la Russie et la Chine. Le collaborateur scientifique de l’Institut de la Philologie slave de l’Académie des Sciences de Russie Géorguy Engel’gardt attire notre attention sur les priorités de Voutchitch.

«Sur les domaines de la coopération de Moscou et Belgrade, ils ont reçu ces dernières années des contours tout à fait concrets. En premier lieu il s’agit de la coopération énergétique. « Gazprom » possède maintenant la plupart des actifs de la compagnie principale pétrolière de la Serbie«NISS», qui assure elle-même les 3/4 des entrées fiscales de la Serbie.

 Il y a une série d’autres projets énergétiques. Ces derniers temps tout se dessine plus nettement dans la sphère de la coopération militaro-technique, où Belgrade se trouve être sous l’aide Russe, qui paye la logistique pour l’importation vers la Fédération de Russie. Une sphère importante pour la Serbie restent les livraisons dans la Fédération de Russie de la production agricole. Ces dernières années l’exportation grandit, grâce, quelque part, aux sanctions de l’UE.

Il y a des nouveaux projets. Par exemple, en commun avec « RJD » (la cie. Ferroviaire),  la Serbie tente de moderniser l’infrastructure ferroviaire du pays. Les Chinois sont également actifs dans ce domaine. Leurs investissements dans la modernisation de l’infrastructure serbe, comme le projet  « chemin de fer à grande vitesse » suivant la ligne Belgrade-Budapest, deviennent de plus en plus considérables », — l’expert nous commente.

Tous ces projets rencontrent une attitude assez sceptique à Bruxelles. Comme notre interlocuteur ajoute, on ne peut pas oublier qu’en temps et lieu la Commission Européenne a bloqué le projet extrêmement avantageux pour la Serbie «le flux Du sud». Au dire d’Engel’gardta, la CE se rapportent assez froidement et à l’élargissement de la présence chinoise économique sur la périphérie, c’est pourquoi Bruxelles tente de mettre des bâtons dans les roues au projet du chemin de fer  Belgrade-Budapest.

Pour Voutchitch il faut non seulement s’occuper de l’organisation précise de la politique extérieure, mais aussi former le nouveau gouvernement. Dans le milieu expert on projettent que le nouveau premier-ministre du pays sera Alexandre Voutchitch.

«à 99 % tout sera ainsi. Le fait est que selon la constitution, la Serbie est une république parlementaire, et les plus grandes responsabilités du pays appartiennent donc au premier-ministre. Le président tenant un rôle plutôt cérémoniale,  définissant en théorie la politique étrangère du pays, mais qui en réalité, non.

Pour préserver le pouvoir il doit se trouver un premier ministre digne de ce poste», — Résume Engel’gardt

Lien

Traduction : Philippe Calfine

Etiquette: ; ; ;