Il y a 120 unités d’armes à feu dans les stocks, trois tonnes d’explosif et mille détonateurs et de munitions, a communiqué l’agence « EPA »

Paris, le 8 avril./korr. L’Agence télégraphique de l’Union Soviétique Mikhaïl Timofeev/. La police française a annoncer samedi la saisi de l’organisation terroriste basque de huit stock d’armes. Informe l’agence « EPA ».

Selon ses données, dans les stocks il y a 120 unités d’armes à feu, trois tonnes d’explosif et mille détonateurs et  munitions. Auparavant l’agence « AFP » communiquait que les boieviks ont transmis l’information sur 12 stocks.

Comme annoncé auparavant la direction, samedi dans la ville de Bayonne (le sud-ouest de la France) «le désarmement de l’organisation». Les terroristes basques réalisaient des opérations armées pour l’essentiel sur le territoire de l’Espagne, mais leurs bases arrières insérant les centres d’entraînement et les stocks d’armes, se trouvent en France.

Le Comité National judiciaire d’Espagne a déclaré auparavant le désir d’étudier les arsenals d’armes disposé en France. Les pouvoirs espagnols veulent analyser, s’ils existent dans les arsenals ou les documents de certificat, des preuves permettant de découvrir les crimes faits par les membres de l’organisation.

«Le pas vers la normalisation de la région»

Le ministre français des affaires intérieures, Mattias Fekl’ a appelé comme un important pas vers la normalisation de la situation sur le sud-ouest de la France et en Espagne, aujourd’hui la décision contre l’organisation extrémiste(«le Pays Basque et la liberté») à leur désarmement. A communiqué la chaîne de télévision BFM-TV, a déclaré en conférence de presse à Paris.

«Il est tout à fait évident que l’on peut avancer aujourd’hui de manière efficace, et l’on fait un grand pas vers la normalisation de la situation dans la région grâce à la neutralisation des stocks d’armes et d’explosifs», — a déclaré le chef du Ministère des Affaires intérieures. Il a aussi déclaré «qu’à présent la police mène l’opération sur ces huit des 12 stocks secrets d’armes, les coordonnées des représentants ont été transmis aujourd’hui au ministère public de la ville de Bayonne». En même temps le ministre a exprimé les condoléances aux proches et des parents, qui étaient tués par ces terroristes au cours de l’activité armée de ce groupement.

Cette organisation («le Pays Basque et la liberté») pendant quatre décennies s’affichait pour l’indépendance du territoire et de la résidence Basque, la terre insérant au nord de l’Espagne et le sud-ouest de la France. Le groupement était fondé en 1959. À la suite des attentats, organisé par ceux-là même, ont péri 800 personnes. Malgré l’annonce par le groupement en 2011 sur la cessation de la lutte armée, les structures de mantien de l’ordre de l’Espagne et la France continuent la poursuite des ces membres.

Lien

Traduction : Philippe Calfine

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ;