Le ministre de l’Intérieur de l’État de Bavière a demandé d’arrêter les négociations sur l’entrée de la Turquie à l’UE.

Le ministre bavarois de l’Intérieur Joachim Herrmann insiste sur la cessation immédiate des pourparlers sur l’admission de la Turquie dans l’Union européenne.
Lundi 17 avril, au lendemain du référendum constitutionnel du 16 avril, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a annoncé que le pays était prêt à un autre référendum — concernant la nécessité d’adhérer à l’UE.

« L’Union européenne doit arrêter les négociations sur l’admission de la Turquie. Pas « appuyer sur pause », pas suspendre. Arrêter! Il faut qu’on cesse de se faire illusions: tant qu’Erdogan sera au pouvoir, il n’y aura pas de perspectives communes avec la Turquie », a déclaré M. Herrmann dans une interview au journal Bild am Sonntag.

Auparavant, le président turc avait déjà parlé de la possibilité d’une référendum sur l’adhésion à l’UE. Il a fait cette déclaration en mars, dans un contexte de tension avec l’Union européenne à l’approche du référendum constitutionnel.

Le référendum constitutionnel sur le passage de la Turquie du mode de gouvernement parlementaire au présidentiel a débouché sur la victoire des partisans d’Erdogan à une courte majorité. D’après les résultats préliminaires, le « oui » a obtenu 51,4 % des votes. L’opposition a demandé l’annulation des résultats, se référant, en particulier au fait que le décompte de bulletins sans cachets était illégal. Cependant, le Conseil électoral suprême a rejeté cette demande.Les négociations sur l’admission de la Turquie à l’UE qui ont commencé en 2005 ont régulièrement été interrompues sur fond de désaccords.

Pour le moment, 16 des 35 chapitres du dossier de négociations sont ouverts. En mars 2016, les chefs des Etats membres de l’UE ont accepté d’intensifier les pourparlers en échange de l’accord de la Turquie de réduire les flux des migrants se rendant en Europe à travers son territoire.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ;