Suite aux propos tenu par le Président turc Recep Tayyip Erdoğan, le porte-parole du Kremlin a confirmé que la Russie ne soutenait pas la personnalité de Bachar el-Assad mais le droit du peuple syrien d’écrire lui-même son avenir.

La position russe concernant le Président syrien Bachar el-Assad n’a pas subi de changement: seul le peuple syrien est en mesure de décider du sort de son pays ainsi que de celui de son dirigeant, a rappelé ce mercredi le Kremlin par le biais de son porte-parole Dmitri Peskov. Dans cette optique, a-t-il tenu à préciser, qualifier Vladimir Poutine d’« avocat d’Assad » serait erroné, car le Président russe défend les normes du droit international.« En ce qui concerne le soutien d’Assad, ni la position de la Russie ni celle du Président Poutine n’a évolué, elle est conséquente et bien connue », a indiqué M. Peskov.

« Il n’y a rien de nouveau, Poutine n’est pas l’avocat d’Assad », a-t-il insisté, ajoutant que ce n’était pas la première fois que M. Erdogan faisait ce constat.

« Sans être l’avocat d’Assad, Poutine est l’avocat et le défenseur du droit international », a poursuivi le porte-parole.

Selon lui, la position adoptée par Vladimir Poutine consiste à ne pas permettre à des personnes ou à des pays tiers de prendre des décisions concernant l’avenir de tel ou tel État.

« Poutine estime que l’avenir de la Syrie ne peut être défini ni à Ankara, ni à Washington, ni à Paris, ni à Berlin, ni à Moscou. Ce n’est qu’au peuple syrien qu’il revient de s’autodéterminer. Voilà l’idée dont Poutine est l’avocat », a-t-il résumé.Dans une interview à Reuters, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé qu’aucune solution en Syrie ne pourrait voir le jour sans le départ du Président Bachar el Assad, ajoutant que Vladimir Poutine lui avait lui-même déclaré ne pas être personnellement attaché au Président syrien.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ;