Lors du Forum d’Astana sur la crise en Syrie, les négociateurs russes, turcs et iraniens ont trouvé le moyen de délimiter sur le terrain les positions des djihadistes et des groupes armés d’opposition.

La Russie, la Turquie et l’Iran ont réussi à s’entendre pour définir les positions des djihadistes et de l’opposition modérée, a déclaré aux journalistes Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense.

« Les actions concertées de la Russie, de l’Iran et de la Turquie, pays garantissant le cessez-le-feu en Syrie, ont permis, dans le cadre du Forum d’Astana, de lancer un dialogue direct entre l’opposition armée et le gouvernement syrien. Je vous ferais remarquer que dans l’ensemble, les accords sur le cessez-le-feu sont respectés dans des régions concernées. En outre, grâce aux efforts des trois pays, nous avons réussi à trouver une solution pour délimiter les positions du Front Al-Nosra et de l’opposition constructive », a indiqué le ministre en inaugurant la 6e Conférence sur la sécurité qui se déroule à Moscou.

En mi-mars, des délégations du gouvernement de Damas, de l’opposition syrienne et des pays médiateurs, à savoir la Russie, l’Iran et la Turquie, se sont réunis à Astana pour tenter de trouver une solution à la guerre qui a fait plus de 320 000 morts en Syrie depuis 2011.

Les participants aux discussions ont réussi à dresser une carte unique reflétant le déploiement de combattants extrémistes en Syrie, notamment les positions des djihadistes de Daech. Les négociations ont également porté sur la mise en place de la commission constitutionnelle et d’un groupe de travail pour échanger des prisonniers de guerre.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ; ;