Aujourd’hui, le 28 avril, en dehors de la dépendance imprévisible pour le moment des événements du soir, le jour deviendra historique pour les Balkans et pour l’Europe. Le vote du parlement du Monténégro à l’entrée du pays en l’OTAN – la cumulation de très nombreux événements se passant dans le pays et près d’elle ces dernières années. En prenant en considération la composition du parlement, l’orientation du parti gouvernant et le boycottage du côté de l’opposition, pratiquement avec l’assurance complète on peut dire que la décision sera positive.

L’action, comme était annoncé environ une semaine avant, ne se passera pas à Podgoritse, mais dans la ville de Tsetine, «la capitale» historique et culturelle du Monténégro. Pour le caractère de la séance au niveau officiel qui exprime l’importance et la solennité de l’événement. Bien qu’aussi pour d’autres raisons : à Podgoritse en ce jour on planifiait déjà les actions massives dans la rue de nombreux adversaires à l’entrée en OTAN. En estimant leurs actions précédentes, on pourrait avec certitude supposer la situation chaude dans la capitale … si les députés qui prennent cette décision historique sur ce moment se trouvent là. Tsetine n’est pas simplement éloigné de Podgoritsy (qui ne serait pas un problème pour l’opposition, tout à fait capable d’organiser des autobus pour les partisans). La Section de Podgoritse à Tsetine  selon une conjoncture intéressante notamment,  la circulation véhiculaire dans cette direction est pratiquement bloquée. Si prendre en considération le contrôle au maximum intensifié policier, l’arrivée simultanée dans cette ville de grande quantité de gens politiquement actifs est peu probable simplement pour des raisons techniques.

Une telle attention vers le lieu du procès pour l’entrée du Monténégro en OTAN est parfaite. Il suffit de se rappeler que les meetings contre l’OTAN au Monténégro en octobre 2015 ont notamment amené aux désordres massifs, que l’on réussit à réprimer seulement par les mesures les plus cruelles des policiers, les matraques et le gaz lacrymogène avec la concentration terrible de produits chimiques. Massif, bien que déjà plus d’ordre, l’opposition avait des actions ultérieures: les 10 milles meetings pour les 600 milles Monténégrien et les 200 milles Podgoritsien est un chiffre énorme. La situation était tendu en 2016 aux actions massives pendant le vote dans le parlement contre le premier-ministre de ce temps-là (qui jusqu’à présent est en place du chef du parti gouvernant) Djoukanovitchou. Encore plus tôt, en 2008, par miracle à la conquête des administrations gouvernementales le pouvoir du Monténégro n’est pas arrivé à la décision anti-serbe– la reconnaissancee de l’indépendance du Kosovo.

Для плеера требуется установить Flash Player

Les protestations contre l’OTAN et les collisions avec la police le 24 octobre 2015

En général les démonstrations, les interventions, grand et pas trop – le fond invariable de la vie journalière au Monténégro. Par un été passé le centre de la ville était bloqué constamment à cause des grèves des collaborateurs «du Combinat de l’aluminium de Podgoritse» à cause des retards de plusieurs mois sur les salaires. Puis les scandales ont grondé aux élections législatives avec l’organisation du coup d’État et les vidéo-preuves de l’achat des voix. Bientôt après eux ont commencé les actions de nombreuse mères de famille indignées par la réduction des allocations. Encore dans un temps – les protestations des habitants du bourg de Zagoritch à cause des impôts «décollant» sur la terre. Ces mouvements s’unissaient, se joignaient à d’autres mécontent de la sphère sociale des citoyens, ils bloquaient les rues centrales, l’entrée vers le parlement, les ponts.

La situation non standard se forme à l’intérieur du pouvoir du Monténégro. Les partis d’opposition et les coalitions qui ont reçu un peu moins des moitiés des voix selon les bilans officiels des élections le 16 octobre de l’année passée depuis ce temps-là et jusqu’à présent boycottent les séances de protestation contre les bilans finaux. Le régime accuse l’organisation du coup d’État douteux des leaders de l’opposition et de Moscou. Et dans tous les cas, la victoire du pouvoir agissant sur l’opposition distinguant foncièrement – le paramètre, plutôt, non ses avantages, et la scission dangereuse dans la société du Monténégro.

Il se trouve que le vote selon la décision historique de l’entrée probable dans l’OTAN au Monténégro se passe au fond du mécontentement des citoyens et dans les protestations permanentes – politique et social, le boycottage des séances du parlement est pratiquement par la moitié, les procès contre les députés et les militants de l’opposition.

Nous retenons le contentieux territorial du Monténégro avec «la république de Kosovo» partiellement reconnue : il s’agit de quelques kilomètres carrés dès les temps yougoslaves de la frontière, cependant à cause de ces terres de la partie du Kosovo des Albanais est arrivé aux menaces armées.

Et aussi les affaires criminelles contre l’ex-Premier Ministre et contre le leader agissant du parti gouvernant au Monténégro Djoukanovitcha. La cour en Italie a reconnu criminel et dangereux le groupe dirigeant de la structure mafieuse, et les médias allemands l’année passée ont découvert le schéma de son commerce illégal par les cigarettes avec les terroristes ISIS.

Un tel pays, avec le peloton infini intérieur et extérieur des contradictions, l’OTAN accepte maintenant aux embrassements. La direction de l’alliance en décembre 2015 a dirigé Podgoritse l’invitation officielle à l’entrée en l’alliance, puis, sur le 10ème anniversaire du Monténégro indépendant, à Bruxelles on signait le Procès-verbal, qu’au cours d’une année ratifiaient les parlements des pays-participants de l’alliance.

Mais dans quel but ?

Le Monténégro – un petit pays avec 600 milles habitants et seulement l’armée de deux milles. Une équipe de troupes terrestres, un tank, un obusier, deux frégates rééquipées aux navires de patrouille (l’héritage de la Yougoslavie), les quelques avions, qui n’étaient pas utilisées dès 2010 – une telle troupe l’alliance Nord Atlantique a l’intention «d’intensifier» la capacité opérationnelle. À peine même dans le Podgoritse quelqu’un s’est vexé contre les mots récents du ministre de la Défense Sergey Shoigu sur ce que «le potentiel militaire du Monténégro est égal au zéro».

L’armée de Monténégro ne peut être intéressante pour l’OTAN à moins que comme son personnel, «la force vive». Cela dérange les citoyens du Monténégro, qui, comme tous, voient les opérations militaires de l’alliance et sa perte, comme, par exemple, récente en Afghanistan. Toutes les actions de l’OTAN ne trouvent pas l’approbation chez les Monténégrins, en effet, une d’elles selon les mesures historiques passait récemment contre leur pays : les bombardements de la Yougoslavie en 1999, la destruction du pays, la destruction des habitants … «Pourquoi avec vous dans l’OTAN le pays, qui ne vous pardonnera jamais ?», — le journaliste populaire de Monténégro Marko Milatchitch, à propos, récemment arrêté, mais encore en circulation chez les sénateurs des États-Unis. Les citoyens du Monténégro, parmi qui, sont sur les sondages plus de moitié contre l’appartenance à l’OTAN – «le cheval de Troie» hostile au bloc.

https://news-front.info/2017/01/25/chernogorskij-zhurnalist-senatoram-ssha-zachem-vam-v-nato-strana-kotoraya-vas-nikogda-ne-prostit/

D’une manière plus intéressante au Monténégro du point de vue de sa position géographique. Après la désagrégation de la République fédérée de la Yougoslavie elle, à la différence de la Serbie, a reçu la sortie dans la mer, et, en conséquence, les ports. La mer Adriatique, qui baigne aussi les bords des autres pays-participants de l’OTAN – l’Italie, la Croatie, l’Albanie, la Grèce – la sortie réelle vers la Méditerrané, vers la Turquie et le Proche-Orient. Avec l’entrée du Monténégro en OTAN sous son contrôle est toute la côte Méditerranéenne et voisine, à l’exception de la Syrie.

Il y a simultanément un entourage par les pays de l’OTAN de la Serbie, qui se tient à la politique de la neutralité militaire, accepte les doctrines serbsko-russes-biélorusses, et en 2017 a déclaré l’intention de participer aux entraînements ODKB.

Outre cela, les adversaires de l’alliance au Monténégro marquent le moment géopolitique et partiellement psychologique – l’aspiration dans l’OTAN de l’allié historique de la Russie. Les peuples orthodoxes des Balkans en raison de la variété des événements signifiants pour leur histoire d’habitude gravitaient plus vers l’est, que vers l’ouest, et avec l’entrée du Monténégro en OTAN il y a une violation de ce lien.

Il y a une autre question – pourquoi cette utilisation du territoire, faut-il des gens et même une histoire au Monténégro ? Selon les médias officiels, l’OTAN doit faire le pays plus sûre et sans danger. Cependant directement tout le monde observe maintenant que les leaders de la force de l’alliance même ne peux pas se protéger contre les attaques de la menace terroriste. S’ils jetteront toute la puissance à la défense du Monténégro ? Douteusement. Au contraire, elle-même, comme une nouvelle partie du grand système, risque de devenir le but potentiel pour les extrémistes religieux.

Comme plusieurs autres procès sur les territoires de l’ancienne Yougoslavie, le devenir du Monténégro comme les États passait sous le contrôle sensible des structures internationales et des États principaux occidentaux. Des temps socialistes, dans des ans militaires et la montée liée à lui du nationalisme, jusqu’à ces années actuels les figures clés politiques sont inamovibles, et le plus vif d’eux – Djoukanovitch. Et les affaires criminelles en Italie, mentionné ci-dessus, et les révélations des médias allemands sur les cigarettes ISIS, et d’autres publications ouvertes sur la corruption et le népotisme dans le pouvoir de Monténégro et un grand business sont des bouts de fil, grâce auxquels le groupe dirigeant politique du petit pays balkanique reste dirigé.

D’ici la reconnaissance du Kosovo, et les sanctions anti-russes désavantageuses pour le Monténégro qui ont sapé un peu le flux et la solvabilité des touristes, l’hystérie antiserbe et antirusse, et, enfin, l’accord final — l’entrée en OTAN.

https://news-front.info/2016/10/15/chernogoriya-pered-vyborom-kogda-solyut-mila-dzhukanovicha/

Dans la demande du représentant officiel du Ministère des Affaires étrangères de la Russie Maria Zakharovoj, a sonné la recommandation aux Russes à s’abstenir de voyage au Monténégro à cause des humeurs antirusses au pouvoir, et souligné séparément que ces humeurs sont étrangères à la population du Monténégro. La presse locale est bigarrée en effet que Moscou utilise les terroristes, et l’Eglise orthodoxe Serbe pour l’intervention dans les plans atlantiques de Podgoritse. Vu que de Moscou sonnaient seulement les mots au soutien de l’idée de l’opposition sur la tenue au Monténégro du référendum sur cette importante question.

Malgré le fait que, selon les sondages, le plébiscite souhaite trois quarts des citoyens du Monténégro (c’est-à-dire, la part pondérable des partisans de l’OTAN!), cette décision est rendue seulement au parlement. Plus exactement, la partie du parlement sans opposition.

Les protestations, absolument, seront aujourd’hui, bien que non massif, à Podgoritse. Oui, on réussira à «diffuser» la réaction partiellement aiguë à distance, la réparation des chemins et les barrages de police. Bien qu’en fait la présence de toute cela – le paramètre suivant que le parlement se rende compte notoirement de l’opinion des citoyens sur la décision acceptée, et quand même cette décision est acceptée.

Oksana Sazonova, le chef de la rédaction serbe News Front

Etiquette: ; ; ; ; ;