Après avoir débloqué l’accord sur la vente à l’Arabie saoudite de bombes guidées laser, les États-Unis veulent conclure d’autres gros contrats d’armement avec le royaume saoudien.

Les États-Unis négocient avec l’Arabie saoudite des contrats d’armement pour plusieurs dizaines de milliards de dollars, a-t-on appris cette semaine de source proche des discussions.Selon la source citée par Reuters, les contrats en question prévoient les livraisons du système de défense antimissile Terminal High Altitude Area Defense (THAAD) fabriqué par le groupe Lockheed Martin. Il est à noter que le système THAAD, comme celui en cours d’installation en Corée du Sud, coûte environ un milliard de dollars (900 millions d’euros, ndlr.).

Les négociations portent également sur l’achat par Riyad d’un logiciel informatique de commandement C2BMC, ainsi que des systèmes satellitaires également fournis par Lockheed Martin.

Sont également envisagés des véhicules de combat fabriqués par le britannique BAE Systems, notamment le blindé Bradley Fighting Vehicle (BFV) et le canon automoteur M109, dit-on de source proche des discussions.

Les négociations portent aussi sur des contrats déjà annoncés sur lesquels les discussions n’ont pas encore abouti.

Ainsi, il s’agit d’un programme de 11,5 milliards de dollars portant sur quatre frégates de type Littoral Combat Ship (LCS), un bâtiment utilisé par l’US Navy. Le projet a été approuvé par le département d’État en 2015. Des discussions ont suivi mais aucun contrat définitif n’a jamais été signé.Ces derniers jours, l’administration Trump a débloqué la vente à Riyad de bombes guidées laser, suspendue par la précédente administration.

Selon l’agence Reuters, les ventes devraient porter sur plus d’un milliard de dollars de ces armes fabriquées par le groupe Raytheon.

Il est à noter que la précédente administration démocrate avait bloqué la vente à Riyad de bombes guidées en raison de préoccupations concernant les victimes civiles dans le conflit au Yémen.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ; ;