D’après les données des médias turcs, les services de renseignements ont reçu les messages sur le bombardement possible via le détroit de Bosphore des navires de la Marine de guerre russe.

Moscou. Le 16 mai- en rapport avec les attaques possibles des combattants de «l’État Islamique» contre les bâtiments de guerre russes par le détroit de Bosphore, les pouvoirs d’Istanbul ont entrepris les pas supplémentaires selon la garantie de sécurité dans la région.

Comme communique Habertürk, les sécurités nationales turques ont établi et ont pris sous le contrôle 146 points du côté du détroit.

La reconnaissance a établi que les djihadistes peuvent planifier le bombardement par fusée. Les services secrets étudient les places possibles de la mise en marche des fusées, la police d’Istanbul contrôle la zone côtière, où les navires s’approchent tout près de la terre.

La sécurité des militaires russes suivent le détroit de Bosphore, assurée par les eaux et par les airs, en particulier, avec l’aide des canots de débarquement et l’hélicoptère policier.

Comme communique l’édition, le 15 mai via le détroit de Bosphore «César Kounikov» est passé russe BDK, il était accompagné par le canot de la protection littorale.

Habertürk souligne que les mesures de sécurité supplémentaires sont acceptées par les pouvoirs pour exclure les incidents, qui pourraient amener à l’altération des rapports avec la Russie.

Selon les messages des médias étrangers, BDK et les navires de la flotte auxiliaire de la Marine de guerre russe participent à l’opération sous le nom «le rapide Syrien» selon la livraison des munitions pour l’aérogroupe russe sur la base aérienne de «Khmejmim» sous Latakiej et l’armée syrienne gouvernementale menant les combats contre les islamistes, y compris «l’État Islamique».

Traduction : Philippe Calfine

Etiquette: ; ; ; ; ; ;