Une cinquantaine de détenus ont été libérés suite à une attaque contre une prison dans laquelle était détenu le chef d’une secte séparatiste.

Des membres d’une secte séparatiste chrétienne à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), ont attaqué mercredi matin la prison dans laquelle était détenu leur chef, libérant celui-ci et une cinquantaine d’autres détenus, relate Reuters citant un responsable du gouvernement.

Ne Muanda Nsemi, prophète autoproclamé du Bundu dia Kongo (BDK), fondé dans les années 1980, avait été arrêté en mars à la suite de violents affrontements entre ses partisans et les forces de sécurité, a précisé le porte-parole, Lambert Mende.Des témoins ont entendu des tirs près de la prison de Makala mercredi vers 04h00 (03h00 GMT) et ont vu des détenus s’échapper de l’établissement.

Le ministre de la Justice, Alexis Thambwe, a déclaré à une radio congolaise qu’aucun autre détenu de premier plan ne s’était évadé à la faveur de cette attaque.

La secte BDK est influente dans le sud-ouest de la RDC, où elle rêve de rétablir le royaume Kongo, qui a prospéré pendant plusieurs siècles à l’embouchure du fleuve Congo avant l’arrivée des colonisateurs européens.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;