Le lanceur d’alerte Edward Snowden a fustigé jeudi le gouvernement de Hong-Kong pour avoir rejeté les demandes d’asile d’un groupe de réfugiés qui l’avait abrité alors qu’il se cachait dans la ville.

Le 11 mai, le département d’immigration de Hong Kong a refusé les demandes d’asile des sept personnes, dont trois jeunes enfants, qui ont accueilli l’informaticien américain Edward Snowden lorsqu’il se cachait à Hong Kong, en 2013, avant son exil en Russie.

Surnommés par M. Snowden « anges gardiens », les réfugiés, d’origines sri-lankaise et philippine, ont passé des années dans l’espoir que le gouvernement de Hong Kong reconnaisse leurs cas et ne les expulse pas dans leur pays d’origine, où ils risquaient d’être emprisonnés et persécutés.Dans une vidéo postée sur YouTube, Edward Snowden a réagi à l’incident en critiquant les autorités de Hong Kong:

« Ce sont de bonnes personnes qui ont été chassées de leurs foyers par la torture, le viol, les abus, le chantage et la guerre, des circonstances vraiment difficiles à imaginer pour nous », a déclaré M. Snowden. « Maintenant, ce à quoi ils font face est une injustice transparente de la part de gens à qui ils ont demandé de les protéger », a-t-il déclaré.

« Quelqu’un au gouvernement de Hong Kong a décidé qu’il fallait que ces familles disparaissent immédiatement, peu importe le coût », a ajouté l’ex-agent de la NSA.

Для плеера требуется установить Flash Player
Il a en outre exhorté les internautes à contacter le ministre de l’Immigration du Canada ou le consulat du Canada à Hong Kong et de le presser d’accorder l’asile à sept individus.

« Il s’agit de protéger la vie de ces personnes », a-t-il conclu.

Ces familles de réfugiés sont arrivées à Hong Kong à des moments différents (2002, 2005 et 2008), et elles ne se connaissaient pas jusqu’à 2013, l’année où durant deux semaines elles ont hébergé à tour de rôle Edward Snowden qui était alors persécuté aux États-Unis pour avoir rendu publiques des informations classées top-secrètes de la NSA.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;