L’Ukraine tombe implacablement en ruines , personne ne peut plus rien pour stopper son mouvement fou vers la rupture. Et bien que certains trouvent que la situation et déjà assez sérieux et qu’à cette catastrophe ne peut survivre, Dmitry Orlov affirme dans le dernier article : Plus tard sera seulement pire.

«Devant nous la nation, qui tombe en ruines et fait la guerre avec elle-même. Les voleurs, qui interviennent dans le travail du réseau électrique dirigent, en jouant avec les fournisseurs clés pour contenter les fanatiques -« aux nationalistes », sans manquer de plus le profit. Vous serez droits, si vous dites que la situation est assez mauvaise. En outre elle n’est pas si mauvaise maintenant, parce qu’elle peut toujours être pire».

Для плеера требуется установить Flash Player

Son point de vue confirme cela, sur quoi je dis voici déjà plusieurs mois : les décisions « nationalistes » des pouvoirs actuels ukrainiens conduisent tout simplement le pays au suicide. Je vous recommande de prendre connaissance de son article le plus intéressant, qu’y comprend plusieurs des conséquences de ces décisions pour le réseau électrique ukrainien et les risques créés pour la sécurité nucléaire de tout le continent européen.

Chez qui apparaissent les questions, pourquoi cette idéologie est tellement pernicieuse, Orels explique que l’identité culturelle ukrainienne  est étroitement liée à la représentation constante de la victime. Si quelque chose ne va pas, ils ne sont jamais coupables, mais quelqu’un d’autres. Malheureusement, on ne peut pas avancer avec un tel état d’esprit. Si vous ne savez pas tirer les leçons des erreurs, vous serez condamnés à les répéter jusqu’à la mort.

«L’identité culturelle de l’Ukraine s’appuie directement sur les offenses et la victime. Elle était toujours l’État non indépendant, et l’appendice dans le meilleur cas — la Russie, et excepté elle — la Pologne, la Roumanie, l’Autriche-Hongrie et l’Allemagne nazie. Toutes les périodes de la structure de l’État ukrainien étaient les périodes de l’occupation étrangère. En disant plus facilement, dans la conscience ukrainienne nationale est absent le gramme de l’épreuve positive. Il est rempli des offenses et de méchanceté, qui permettent de mieux se sentir. Finalement cette source des représentations fausses donne l’autodestruction et le sang, que nous observons maintenant dans les villes ukrainiennes et sur les champs de bataille au Donbass».

Comme a confirmé le mot d’Orlova au sujet du développement de la situation, les pouvoirs ukrainiens ont accepté une série de décisions très étranges. Étrange du point de vue de n’importe quel homme sensé. Ils ne pensent pourtant pas se tromper : ils étaient dictés par la peur du pouvoir ukrainien, à qui il semble que le pays et la situation glissent des mains (par exemple à celui-là, les défilés illégaux de la victoire le 9 mai). Avec l’aide de ces mesures ils tentent de garder la visibilité du contrôle pour continuer à s’enrichir et aller plus loin.

Une d’elles a fait beaucoup de bruit dans les réseaux sociaux et les médias alternatifs, mais était impassiblement mentionnée seulement par la presse française sans allusion sur la condamnation de ce que représente la formation en Ukraine de la dictature. Le mécontentement par la décision était seulement exprimé  par la fédération Européenne des journalistes.

Le fait est que l’Ukraine a introduit l’interdiction de trois ans pour « yandex », «Vkontact», « les Camarades de classe » et Mail.ru, qui, à propos, sont unes des ressources Internet les plus populaires parmi les Ukrainiens. VK à lui près de 12 millions d’Ukrainiens loin derrière Facebook, 25 millions d’utilisateurs ont un compte Mail.ru , et enfin 11 millions utilisent yandex.

Si la décision semblable était acceptée en Russie, la Chine ou Corée Du nord, le monde hurlait sur la dictature, cependant ici nous sommes rencontrés par le silence … Certains même trouvent la justification. Ainsi, l’OTAN a compté que «les paroles vont non sur l’atteinte à la liberté, mais sur la question de la sécurité nationale».

Bien que les médias français communiquent sur cette décision étrange de Porochenko produisant le document à Le Monde, le journaliste Benoit Vitkine, pour les raisons énigmatiques se serait abstenu de critique violente des atteintes sur la liberté de parole, qu’il défend systématiquement, quand les paroles passent sur la Russie.

Ses médias se compromettent avec le silence au sujet de la violation non dissimulée de la liberté, qui est prescrite dans la déclaration générale des droits de l’homme. Dans l’aspiration à couvrir à tout prix la marionnette ukrainienne, ses leaders ont montré la personne véritable. La CE est absent de la démocratie, seulement de protection, de qui se servent d’après la nécessité. Quant à tout le reste, ici nous sommes attendus par le vide.

Cette décision peut provoquer le mécontentement national (et désemparer alors les positions de Porochenko), ayant privé des millions d’Ukrainiens les moyens de communication avec les proches, montrer l’essence dictatoriale du pouvoir, ainsi qu’entraîner les pertes nouvelles et très sérieuses financières pour l’Ukraine.

Le fait est que pour la garantie du blocage complet demandé par les pouvoirs, les providers devaient former «FireWall» comme en Chine. Ce procès occuperait deux ans et s’est passé au milliard de dollars, si croire le président de l’association Internet de l’Ukraine, Alexandre Fedienko. Cela sans parler que les gens chercheront et trouveront les moyens du détour (par exemple, VPN).

En dehors des réseaux sociaux l’Ukraine a interdit une autre série comme l’antivirus Kaspersky et les programmes comptables 1С, de qui se servent 80 % des entreprises ukrainiennes. Le passage rapide sur un nouveau coûtera cher et peut détruire les moyens et petits business, puis les affaires qui ne vont pas trop bien. Autrement dit, une telle décision accélérera seulement l’échec de l’économie ukrainienne.

Deux autres décisions ont attiré à eux-mêmes moins d’attention, cependant ils sont les symptômes du progrès évident de l’Ukraine à l’écart de la dictature. L’interdiction de manifestations, les bandes sous la menace d’amende ou d’arrestation est devenue le premier. Les marches civiles en Ukraine interdit par Porochenko reste en travers de gorge et ont montré le 9 mai que la propagande ukrainienne a des limites. On lie à cela le blocage des sites Internet russes, qui est appelé à empêcher les Ukrainiens à voir la vérité.

La deuxième décision concerne l’Eglise orthodoxe Ukrainienne de Moscou. Sous sa relation du Rada était présenté deux projets de loi. Le premier doit donner aux pouvoirs de Kiev le droit de fixer les métropolites et l’épiscopat. Autrement dit, le pouvoir séculier aspire à imposer les points de vue politiques du pouvoir spirituel. En dehors de la dictature en chiffre le pays avance encore et vers la religion.

Le deuxième projet de loi doit créer les conditions pour le passage du bien du patriarcat de Moscou vers Kiev. Chaque communauté de croyants recevra la possibilité par la majorité des voix de prendre la décision de l’appartenance avec le passage ultérieur de l’immobilier à la propriété d’un des sanctuaires. C’est-à-dire les bâtiments des temples passeront au patriarcat de Kiev, qui, autant que je sache, n’est pas reconnu comme aucune autre Eglise orthodoxe. En disant plus facilement, nous avons affaire au vol.

Entre-temps l’armée ukrainienne active le bombardement des républiques du Donbass : au total on enregistrait 54 violations de l’armistice ce dernier jour en DNR.

À la suite des bombardements (sur Spartak, Yasinovat, dans la nuit se sont écroulés 186 obus d’artillerie) on endommageait quatre maisons, et un habitant a été blessé. En LNR un soldat a été bléssé ce dernier jour.

Sous le coup se sont trouvés les objets vitaux de l’infrastructure. Ainsi, la station d’eau de Donetsk était soumise a de nouveau bombardement de vigueur, qui a obligé les collaborateurs à se cacher au refuge. Encore le tir incessant ne leur fait pas quitter la station. À Telmanov la station de pompage était endommagée à la suite du coup direct (cela signifie que le feu était conduit exprès) qui a bloqué le travail et a privé la population d’eau.

Cette stratégie et le je-m’en-foutisme des pouvoirs ukrainiens vers la population de Donbass oblige les pouvoirs de la DNR à craindre le coup ukrainien sur ses usines, dans lesquels il y a des stocks de substances chimiques : cela pourrait amener vers une catastrophe du point de vue écologique des deux côtés de la ligne du front.

L’Ukraine tombe en ruines, et sa direction actuelle a choisi la voie de la guerre et de la dictature !

Lien

Traduction : Philippe Calfine

Etiquette: ; ; ; ; ; ;