Alors que Pyongyang effectue des tirs de missile déstabilisant non seulement la péninsule coréenne, mais toute la planète, Pékin a envoyé un message de bonne volonté à Washington, promettant de faire pression sur la Corés du Nord sous 100 jours.

Lors de sa rencontre tenue début avril avec Donald Trump, le Président chinois Xi Jinping a demandé à Washington de ne pas entreprendre de mesures unilatérales sévères contre la Corée du Nord dans les 100 jours à venir. Pendant cette période, Pékin a promis d’obtenir par ses propres moyens des changements dans la politique nord-coréenne, a annoncé lundi le journal japonais Asahi, citant des sources japonaises et américaines.« La Chine représente 90% des échanges commerciaux nord-coréens, la Chine a un levier économique sur Pyongyang qui est unique et son rôle est particulièrement important », a déclaré en avril Rex Tillerson en présence de son homologue chinois Wang Yi.

Donald Trump a pour sa part ajouté que si ce levier économique n’était pas utilisé, les États-Unis imposeraient unilatéralement des sanctions contre les principales entreprises chinoises, y compris financières, qui coopèrent avec la Corée du Nord. La mesure porterait un coup sévère à l’économie chinoise.

La période de 100 jours expire début juillet. Ainsi, lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement qui aura lieu les 7 et 8 juillet 2017 au Hambourg, les dirigeants chinois et américains devraient discuter de la situation en Corée du Nord.Entre-temps, un missile balistique de moyenne portée Pukguksong-2 a été lancé dimanche après-midi à partir d’un endroit situé près de Pukchang, précise un communiqué de l’état-major interarmes sud-coréen.

Selon l’armée sud-coréenne, le missile a effectué un vol de 500 km et aurait fini sa course dans la mer du Japon.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a jugé « parfait à 100% » le tir du missile et a donné son feu vert au déploiement du nouvel engin.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;