L’application de n’importe laquelle des trois versions de prolongation de l’accord de Vienne sur le gel de la production de pétrole ne présente aucun problème pour Téhéran, estime le ministre iranien du Pétrole Bijan Zanganeh.

« Nous n’avons aucun problème avec les trois options : six, neuf et un an », a dit M. Zanganeh aux journalistes.

Le ministre russe de l’Énergie Alexandre Novak a fait savoir mercredi 24 mai que trois versions de reconduction de l’accord sur le gel de la production étaient envisagées : neuf mois, jusqu’au 1er avril 2018, puis pour trois autres années. Le ministre irakien du Pétrole Jabbar Luaibi a confirmé qu’un tel scénario était discuté.

Mercredi 24 mai, le comité ministériel de suivi de l’accord sur le gel de la production des pays membres et non-membres de l’OPEP a recommandé de prolonger l’accord de neuf mois, sans modifier les quotas. Le comité escompte que ce délai suffira pour normaliser les réserves pétrolières mondiales. La décision définitive doit être prise ce jeudi lors d’une rencontre entre les pays membres et non-membres de l’OPEP.L’agence Bloomberg a annoncé ce jeudi que les membres de l’OPEP avaient convenu prolonger de neuf mois, jusqu’au 31 mars 2018 l’accord sur la réduction des productions.

« L’OPEP est d’accord pour reconduire de neuf mois à partir de juillet l’accord sur la réduction de la production pétrolière », a dit à  Bloomberg  un participant à la réunion à huis clos, précisant que la réunion ne s’est pas encore achevée.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;