Le Pentagone a reconnu la mort de plus de 100 civils dans un bombardement US de la ville irakienne de Mossoul en mars 2017.

Au moins 105 civils ont trouvé la mort dans un bombardement américain d’un immeuble d’habitation à Mossoul le 17 mars dernier, a annoncé le Pentagone.

Selon une enquête menée par le département US de la Défense, la frappe a fait exploser les engins plantés à l’intérieur de l’immeuble par les djihadistes de Daech, ce qui a entraîné l’effondrement du bâtiment.Au total, 101 civils se trouvaient dans l’immeuble et quatre autres à sa proximité, a fait savoir le chef de l’équipe des enquêteurs, le général de brigade Matthew Isler. Dans le même temps, 36 civils sont toujours portés disparus suite au bombardement.

La frappe a été réalisée à la demande des autorités irakiennes lorsque deux snipers de Daech avaient ouvert le feu sur les forces de sécurité, constate le rapport du Pentagone. Ni la coalition, ni les forces irakiennes n’étaient au courant que des civils ou des explosifs se trouvaient dans le bâtiment en question.

Il s’agit de l’un des plus lourds bilans pour des victimes civiles depuis le début de la campagne militaire de la coalition anti-Daech menée par les Etats-Unis.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;