Une manifestation anti-globalisation qui se déroule ce samedi en Sicile en marge du G7 a débordé en accrochages entre les forces de l’ordre et des protestataires.

Près de 1 500 personnes sont descendues ce samedi dans les rues de Taormina, en Sicile, pour protester contre le sommet du G7 que cette ville italienne a accueilli les 26 et 27 mai. Des accrochages avec les forces de l’ordre ont eu lieu et la police a dû avoir recours à des gaz lacrymogènes, a fait savoir une correspondante de Sputnik sur place.Le rassemblement se tient sur la promenade de Giardini-Naxos (près de Taormina), à mi-chemin entre le lieu de la tenue du sommet et du centre de presse principal. Ce sont des militants de la gauche, brandissant des drapeaux figurant la faucille et le marteau et vêtus de T-shirts rouges, qui mènent le mouvement. Ils ont réussi à rejoindre l’île en dépit de toutes les mesures de sécurité mises en place et de l’arrestation d’une dizaine de militants envisageant de prendre part aux protestations.

Для плеера требуется установить Flash Player

Sur la promenade, les manifestants ont tenté de percer le cordon de police. Les forces de l’ordre ont riposté à coup de matraque et de gaz lacrymogènes. Les accrochages, vraisemblablement incités par des radicaux minoritaires dans le groupe de manifestants, ont vite pris fin.

Le sommet des leaders des pays du Groupe des sept (G7, à savoir l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, l’Italie, le Japon, la France et le Royaume-Uni) s’est achevé ce samedi par l’adoption d’une déclaration commune. Dans ce document, les participants ont pointé la nécessité d’intensifier la lutte contre le terrorisme et l’organisation terroriste Daech en Syrie et en Irak. Les sanctions antirusses ont également été évoquées.

Lien

Etiquette: ; ; ;