Le Japon veut s’assurer l’appui de la Chine pour empêcher les tirs de missiles nord-coréens, en étouffant Pyongyang économiquement, mais les experts russes interviewés par Sputnik estiment que Pékin ne le fera pas

Les Japonais ont de plus en plus peur de la menace balistique nord-coréenne, alors que la situation dans la région s’est même aggravée avec l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche malgré le renforcement de la rhétorique belliqueuse de ce dernier.

« Les Japonais ne doutent pas un seul instant que ce sera justement le Japon et non les États-Unis qui seront la principale cible des frappes nord-coréennes en cas de conflit militaire », a déclaré à Sputnik Valeri Kistanov, de l’Institut russe de l’Extrême-Orient.

Et d’ajouter que Tokyo voyait bien que les sanctions visant la Corée du Nord restaient sans effet et ne faisaient que renforcer l’agressivité et le comportement provocateur de Pyongyang.

« Le Japon exige de la Chine qu’elle aille jusqu’au bout, en accentuant les pressions », a estimé l’interlocuteur de l’agence.

Selon ce dernier, Pékin n’est nullement intéressé par l’effondrement du pouvoir en place à Pyongyang pour plusieurs raisons, qu’il s’agisse du sort ultérieur de l’arme nucléaire nord-coréenne et d’une menace de flots de réfugiés.

« En même temps, chaque nouvel essai de missile en Corée du Nord renforce l’irritation de la Chine, préoccupée tant par l’escalade de la tension dans la région que par l’imprévisibilité de la politique de Pyongyang », a relevé un autre interlocuteur de Sputnik, Alexandre Larine, également de l’Institut russe de l’Extrême-Orient.

Il constate que bien que Pékin intervienne contre le programme nucléaire de Pyongyang, il le fait avec prudence ne voulant sans doute pas compromettre les relations particulières avec son allié nord-coréen.

« Qui plus est, la Chine ne veut en aucun cas qu’on pense qu’elle cède sous les pressions des États-Unis et du Japon sur la question nord-coréenne », a supposé M. Larine.

En visite au Japon, le conseiller chinois des affaires de l’État Yang Jiechi a déclaré que la Chine insistait sur un règlement pacifique du problème nord-coréen et ce, après toute une série d’essais balistiques effectués par Pyongyang.

« La position de la Chine est explicite et conséquente. Nous insistons sur un règlement politique par des moyens politiques », a-t-il souligné lors de ses négociations à Tokyo avec le chef de la diplomatie japonaise Fumio Kishida.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ;