La Maison-Blanche envisageait en mars dernier la possibilité d’alléger unilatéralement les sanctions contre le secteur pétrolier russe. Pourtant, le Département d’État n’a pas soutenu cette initiative

À peine élu président des États-Unis, Donald Trump a cherché à alléger les sanctions contre le secteur pétrolier russe, car la baisse de la production pétrolière par les entreprises russes nuit à l’économie américaine, annonce The Daily Beast, se référant à d’anciens responsables américains.Selon le journal, Kevin Harrington, stratège du Conseil national de sécurité, a analysé l’effet des sanctions et est arrivé à la conclusion qu’elles étaient privées de sens.

« Selon lui, si ces sanctions nuisent à notre économie (des États-Unis, ndlr), en exerçant une pression minimale sur la Russie, où est le sens? », indique la source.

Pourtant, les employés du Département d’État ont qualifié cette idée de suspecte et ont réussi à convaincre l’administration Trump que la levée des sanctions porterait dommage au secteur énergétique américain.

Auparavant, certains médias avaient déjà indiqué que Donald Trump souhaitait affaiblir le régime des sanctions antirusses peu après son élection, mais qu’un scandale diplomatique l’avait empêché de parvenir à ses fins.Selon certains fonctionnaires américains, les membres de l’équipe de l’ex-président Obama auraient opposé une résistance farouche à l’initiative de Trump.

Plusieurs médias ont relaté que MM. Flynn et Kisliak avaient examiné les sanctions antirusses en décembre 2016. L’administration Trump et le Kremlin ont démenti cette information. Selon Moscou, Michael Flynn a en effet eu des pourparlers avec Sergueï Kisliak, mais l’entretien a été mal interprété.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ;