Le chef du commandement opérationnel de l’État-major russe a estimé que malgré son manifeste officiel, la coalition internationale menée par les USA ne contribuait pas réellement à la lutte antiterroriste en Syrie. Selon lui, la coalition ne fait que retarder la fin du conflit syrien

Les opérations de la coalition internationale menée par les États-Unis en Syrie ne font qu’empêcher aux troupes de l’armée syrienne gouvernementale de vaincre l’organisation terroriste Daech, a déclaré Sergueï Roudskoï, chef du commandement opérationnel principal de l’État-major général des Forces armées russes.

« Pour le moment, nous voyons que les actions de la coalition ne font qu’empêcher aux troupes gouvernementales de défaire des groupes de Daech », a estimé M. Roudskoï.

Selon lui, l’armée russe ne voit pas de réels résultats dans la lutte anti-Daech menée par la coalition. Le général a aussi noté qu’«après avoir déclaré la lutte contre le terrorisme international comme son objectif, la coalition effectue des frappes sur les forces syriennes et sort des terroristes de Daech deszones d’encerclement, en renforçant des groupes terroristes dans les régions de Palmyre et de Deir ez-Zor ».« Nous attendons de nos partenaires de la coalition qu’ils prennent des mesures pour prévenir de tels incidents et qu’ils s’engagent plus scrupuleusement dans la lutte contre les groupes terroristes de Daech en Syrie », a ajouté M. Roudskoï.

De surcroît, les troupes gouvernementales syriennes, soutenues par l’armée de l’air russe, n’attaquent pas l’opposition, d’après le général russe.

« Les troupes gouvernementales soutenues par les troupes aérospatiales russes ne mènent pas d’opérations militaires contre l’opposition syrienne, et atteignent progressivement leur principal objectif : défaire Daech, le Front al-Nosra [renommé Front Fatah al-Cham puis Hayat Tahrir al-Cham, ndlr] et les groupes terroristes affiliés », a conclu Sergueï Roudskoï.

Le 18 mai, l’aviation de la coalition menée par les États-Unis a frappé un convoi pro-Assad en Syrie, dans la zone d’Al-Tanf, à proximité de la frontière avec l’Irak et la Jordanie. Se trouvant dans la zone de désescalade établie, le convoi a pourtant été perçu comme « un danger pour les forces de la coalition », selon le Pentagone.Le 6 juin dernier, une frappe effectuée par la coalition près d’Al-Tanf a visé plus de 60 militaires, un char, deux pièces d’artillerie, une arme antiaérienne et des véhicules de soutien syriens.

Le 8 juin, la coalition dirigée par les États-Unis a porté sa troisième frappe depuis le 18 mai contre les forces pro-gouvernementales syriennes. Les forces de la coalition ont attaqué des camions transportant des armes et ont abattu un drone, affirmant que l’engin sans pilote les aurait attaquées précédemment.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ;