Le chef d’État philippin affirme ne pas avoir jamais demandé l’assistance de Washington dans la lutte contre les combattants islamistes

Le Président philippin Rodrigo Duterte a indiqué ne pas être au courant du fait que les forces américaines épaulaient ses troupes dans les combats avec les combattants islamistes qui se poursuivent dans la ville de Marawi (sud), relate Reuters.Selon le dirigeant philippin, il n’a « jamais demandé l’aide des États-Unis » dans la lutte contre les extrémistes dans son propre pays.

Précédemment, l’ambassade américaine à Manille et l’armée philippine avaient annoncé que des forces spéciales US soutenaient les militaires locaux à Marawi, où 13 soldats philippins avaient été tués vendredi dans de nouveaux affrontements avec les militants jugés proches de Daech.

Les islamistes sont entrés à Marawi le 23 mai dernier en brandissant le drapeau noir du groupe djihadiste. Selon l’armée, ils occupent actuellement environ 10 % de la ville de 200 000 habitants.D’après le porte-parole militaire philippin, le lieutenant-colonel Jo-ar Herrera, les forces spéciales américaines ne participaient pas aux combats mais « fournissaient un soutien technique ».

Lundi 5 juin, Washington a annoncé la fourniture à l’armée philippine de centaines de mitrailleuses, fusils d’assaut et lance-grenades dans le cadre d’un programme d’aide à la lutte antiterroriste.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ;