Dans la capitale de la Serbie, Belgrade, fû présenté le film News Front « le Kosovo » dans le cadre de la conférence, la problématique consacrée du bord du Kosovo. L’action se passait dans le bâtiment de la Maison des syndicats au centre de la ville

Le film présentait Oksana Sazonova, le chef de la rédaction serbe News-Front.

« Ces effectifs retiraient un peu moins d’année en arrière, en septembre de l’année passée. La première en Russie s’est passé le 24 mars (l’anniversaire des bombardements de la Yougoslavie). Mais l’histoire moderne est rapide. Seulement pour ce délai au Kosovo il y avait une chaîne entière importante, et, je dirais, les événements anxieux. Sans entrer dans les détails, est conceptuellement une place de la tension constante, » le chaos dirigé «  », – a dit Sazonova.

La rédactrice en chef du portail serbe « les Faits » s’est rappelé dans le cadre du film, où le vieillard devant la maison détruite dit sur « la bande mondiale ». Avec elle, au dire du journaliste, doit avoir affaire la Serbie martyre.

Le politologue Alexandre Pavitch s’est adressé à l’histoire de la création du film, à savoir vers l’arrestation d’Oksana Sazonov et Sergey Belous.

« Oksana déportait, parce qu’elle n’avait pas de visa de l’État inexistant », – a rappelé le producteur.

Le metteur en scène, le journaliste et l’observateur international de la Serbie disait Miodrag parlaient de la ressemblance de ces territoires complexes au Donbass

« Peut-être, ayant visité le Donbass, je comprends encore mieux le regard d’Oksana.

La militante Christine Mekhovitch parlait de la campagne de vigueur d’information contre les Serbes pour l’auditoire occidental.

Le professeur de Mitrovitsy Deyan Mirovitch Kosovsky parlait de l’histoire des relations russes-serbes.

« Quand je parle des relations russes-serbes, et particulièrement quand je vois un tel film, comme a fait Oksana, je me rappelle toujours que : au centre de Mitrovitsy Kosovosky il y a un monument du consul russe Chtcherbine. En 1903 est tué par les bandits albanais à l’aide de Turcs pour protégeait le peuple fraternel serbe. Et encore – : le prétexte pour son arrivée à Mitrovitsou Kosovsky était l’ultimatum de la Russie de 1903 que les relations diplomatiques avec la Turquie seront rompues, si on ne protège pas le peuple serbe au nord du Kosovo et de Metokhi. Et comme à nous on dit que la Russie se soucie seulement des intérêts, c’est un grand empire. Exactement, l’empire, mais elle avait traditionnellement une relation particulière aux Serbes  » – disait Mirovitch.

Après les interventions on donnait beaucoup de questions dans la salle. Les spectateurs de l’histoire du film, l’impression, ainsi qu’intéressait les relations fraternelles russes-serbes. Plusieurs des assistants se sont trouvés personnellement d’une manière ou d’une autre liés avec le Kosovo, et c’est pourquoi le regard russe sur cette tragédie serbe percevaient par la reconnaissance spéciale.

Для плеера требуется установить Flash Player

Etiquette: ; ; ; ; ; ;