Les données d’environ 200 millions d’électeurs américains stockées sur un serveur sans aucune protection se sont retrouvées en ligne. Elles y avaient été mises par une société d’analyse de données recrutée par Trump lors de sa campagne

Chris Vickery, analyste de la société de cybersécurité basée en Californie UpGuard, a découvert le 12 juin les données de 198 millions d’électeurs américains. Ces données comportent adresses, dates de naissance, numéros de téléphone et même tendances politiques, et avaient été téléchargées sur un cloud de la société Amazon, serveur non sécurisé de système de stockage. Après la découverte de Chris Vickery, toutes ces données ont été sécurisées le 14 juin, mais il n’est pour l’heure pas assuré que l’employé d’UpGuard soit le seul à avoir eu accès à ces fichiers.

Selon Chris Vickery, ces données ont été stockées sur un serveur possédé par une société d’analyse de données, Deep Root Analytics, recrutée par le Parti républicain pendant la campagne présidentielle en 2016. La base de données a été mise en jour la dernière fois en janvier 2017, lorsque Donald Trump a pris des fonctions.

Le fondateur de Deep Root Analytics, Alex Lundry, a reconnu assumer la pleine responsabilité de la situation. «En se basant sur les informations que nous avons recueillies pour le moment, nous ne pensons pas que nos systèmes ont été piratés. Depuis que cet incident a attiré notre attention, nous avons mis à jour les paramètres d’accès et mis en place des protocoles pour en interdire l’accès», a-t-il déclaré au site Gizmodo.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;