Plusieurs Afghans qui ont réchappé à Azizullah, nouveau seigneur de guerre de Daesh qui règne sur le nord de l’Afghanistan, ont livré en exclusivité à RT leurs témoignages. L’homme aurait été «inexplicablement» libéré de prison

Le diable ouzbek en Afghanistan. Azizullah, fils d’un leader djihadiste originaire d’Ouzbékistan, a pris récemment le rôle de calife de Daesh dans le nord du pays après avoir été «inexplicablement» libéré de prison, d’après les témoignages recueillis en Afghanistan par RT.

«L’homme le plus diabolique sur terre»

Azizullah est ce que l’on peut appeler un seigneur de guerre de deuxième génération. Son père est un ponte djihadiste connu et craint. Souvent décrit comme dangereux, ambitieux et fanatique, Azizullah est responsable de la mort de nombreuses personnes en Afghanistan. Jusqu’à récemment, il était incarcéré dans la fameuse prison de Bagram. Mais, fin 2016, le djihadiste s’est retrouvé libre. Une information confirmée par le ministère russe des Affaires étrangères. D’après les témoignages qu’a pu obtenir sur place le correspondant de RT Murad Gazdiev, cette libération n’était pas prévue.

Для плеера требуется установить Flash Player

Le reporter est parvenu à parler à plusieurs locaux et réfugiés de la ville de Mazâr-e Charîf, dans le nord de l’Afghanistan. Ces derniers ont été témoins ou ont directement souffert de la folie meurtrière qu’Azizullah a imposé à la région. Ils se sont exprimés sur ces atrocités pour la première fois.

«C’est l’homme le plus diabolique sur terre. C’est de sa faute si on en est réduit à attendre de mourir de faim dans la pauvreté. Il a amené ses terroristes dans nos maisons, ils ont massacré tout le monde», a raconté un villageois.

«Il a tué tellement de gens et en a assiégé encore plus. Il n’y a pas de limite à sa folie meurtrière», a expliqué une femme qui dit avoir perdu 25 membres de sa famille, dont son fils.

«Ils coupent les têtes des gens, leurs jambes, leurs bras, leurs doigts. Je ne suis même pas arrivé à reconnaître certaines victimes à cause de ce qu’ils ont fait à leurs visages», a déclaré un homme qui, lui aussi, dit avoir perdu son fils.

Les locaux accusent les Etats-Unis

Les citoyens afghans qui se sont confiés à Murad Gazdiev blâment «les Américains», les considérant responsables de la situation actuelle. Selon eux, ce sont les Etats-Unis qui auraient permis la libération d’Azizullah.

«Ils l’ont laissé partir et maintenant il vient réclamer nos terres», s’est emporté un Afghan. Avant qu’un autre n’ajoute que «si les Americains voulaient l’attraper, ils le pourraient très rapidement».

La prison est officiellement sous contrôle afghan mais les locaux sont persuadés qu’«elle est tenue par les Américains».

«Bagram est sous contrôle américain, le gouvernement afghan n’a pas la capacité de tenir une telle prison. Ce sont les Américains qui ont libéré Azizullah», a déclaré Shir Agha, un opposant au djihadiste.

Profitant du chaos et de la corruption régnant en Afghanistan, le terroriste a réussi à réunir des centaines de combattants sous ses ordres et possède un arsenal d’armes étoffé, d’après les informations qu’a pu récolter Murad Gazdiev. Les locaux accusent également le gouvernement afghan de vendre des armes aux djihadistes.

«Il est l’homme le plus riche que je connaisse. Il a des appuis de l’étranger et… tant d’argent ! Il paie ses combattants presque 1 000 dollars, voilà pourquoi tant de djihadistes le rejoignent», a expliqué un militant local. Une telle paie représenterait environ cinq fois plus que ce que le gouvernement afghan paie à ces soldats ses soldats.

Maisons et terres contre armes et munitions

Une force s’est formée dans la région afin de lutter contre Azizullah. «Le gouvernement, les Etats-Unis, personne n’aide. On se finance nous-même en vendant nos maisons et nos terres afin d’acheter armes et munitions», a raconté Shir Agha.

RT a contacté le Pentagone afin d’obtenir des commentaires sur l’avènement d’Azizullah en tant que leader de la branche nord-afghane de Daesh. Ils n’ont, pour le moment, pas souhaité donner suite.

Mohammad Radmanesh, porte-parole du ministère afghan de la Défense a déclaré à RT qu’il ne savait pas s’il avait été libéré de la prison de Bagram «ou d’une autre prison». Avant d’ajouter : «Azizullah Yuldashi et son père Taher Yudashi sont tous les deux des leaders de l’organisation Etat islamique et viennent d’Ouzbékistan. Le gouvernement afghan se bat contre tout individu qui prend part à des activités terroristes.»

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ;