Un impressionnant glissement de terrain a frappé un village chinois isolé Xinmo de la province du Sichuan, dans le sud-ouest du pays. Au moins 141 personnes pourraient avoir été ensevelies. Les sauveteurs tentent de dégager des survivants

Quelque 46 maisons du village de Xinmo ont été englouties vers 6h (heure locale) du 24 juin par un glissement de terrain, après l’effondrement d’un pan de montagne qu sud-ouest de la Chine. Les débris ont par ailleurs bloqué le lit d’une rivière sur deux kilomètres. Selon les estimations des autorités, au moins 141 personnes sont portées disparues.

Un plan d’urgence a été déclenché par les autorités, qui cherchent actuellement à estimer l’ampleur de la catastrophe.

La télévision publique CCTV, citant un porte-parole des autorités chinoises, a montré des images en direct de très nombreux policiers et habitants vêtus d’habits de pluie et debout sur d’énormes rochers gris, tandis que des pelleteuses orange et jaune tentaient de dégager des débris à leurs côtés.

«Cela fait plusieurs dizaines de tonnes de roches», a estimé en direct à la télévision Chen Tiebo, un capitaine de la police armée de la préfecture autonome tibétaine et qiang d’Aba.

Chen Tiebo a confirmé que les pluies de ces derniers jours dans cette région montagneuse et isolée étaient à l’origine de l’éboulement du pan de montagne bordant ce village touristique. «On est en zone sismique ici, il n’y a pas beaucoup de végétation», a-t-il souligné, en ajoutant que les arbres pouvaient contribuer à absorber l’excès de pluie et à prévenir les éboulements.

Quelque 500 secouristes sont actuellement à pied d’oeuvre, certains étant encore en route vers cette zone difficile d’accès où la pluie devrait s’abattre toute la journée du 24 juin, a précisé CCTV.

Le président chinois Xi Jinping a appelé à «faire tous les efforts possibles pour réduire le nombre de morts et de blessés», selon des propos rapportés par la télévision étatique.

Un couple et son bébé âgé d’un mois ont été extraits des décombres et conduits à l’hôpital, ont fait savoir les autorités locales de la ville proche de Maoxian sur un réseau social.

Un autre survivant a été repéré «mais ses signes de vie sont faibles», a déclaré à la télévision Wang Yongbo, un responsable local des opérations de secours. «C’est le plus gros glissement de terrain qui s’est produit ici depuis le séisme de Wenchuan», a-t-il conclu.

Quatrième province la plus peuplée de Chine avec 80 millions d’habitants, le Sichuan, situé en bordure du plateau tibétain, avait été frappé en mai 2008 par un séisme d’ampleur historique. Il avait fait 87 000 morts dans la région de Wenchuan, situé à quelques dizaines de kilomètres du village touché le 24 juin.

«Après ce tremblement de terre, le massif avait été fragilisé. Une faible pluie est capable dans ces conditions de provoquer une grande catastrophe géologique», a déclaré à CCTV Tao Jian, le directeur du bureau local de la météorologie.

Les glissements de terrain surviennent régulièrement dans les zones rurales et montagneuses de Chine, en particulier durant les fortes pluies. Douze personnes avaient perdu la vie en janvier lorsqu’une coulée de boue et de roches avait dévasté un hôtel de la province du Hubei.

En octobre, des glissements de terrain ont tué au moins huit personnes après les intempéries torrentielles ayant accompagné le passage du typhon Megi.

Un énorme éboulement de terre et de boue rougeâtres s’était abattu fin 2015 sur une zone industrielle de la métropole de Shenzhen, frontalière de Hong Kong, faisant 69 morts.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;