Le gouvernement britannique s’est engagé à vérifier la sécurité des immeubles d’habitation du pays suite à l’incendie de la Grenfell Tower et a découvert après inspection que 60 tours étaient potentiellement dangereuses

 

Dans le cadre d’une inspection post-incendie, 60 grands immeubles, situés dans 25 différentes zones de l’Angleterre, se sont avérés ne pas correspondre aux normes anti-incendie, a annoncé le gouvernement britannique dans un communiqué, cité par Reuters.Les contrôles effectués après la catastrophe de la Grenfell Tower concernent 600 tours d’habitation au total.

Vendredi, 4.000 habitants de cinq tours ont dû évacuer leurs logements dans le nord de Londres, les pompiers jugeant que les lieux étaient trop exposés à un risque de propagation rapide d’incendies. Dans les tours évacuées, le revêtement extérieur a été là aussi mis en cause, mais les pompiers ont relevé d’autres anomalies, notamment des portes coupe-feu inadaptées et des espaces vides dans les murs, susceptibles de favoriser la propagation des flammes.

Un incendie monstre a ravagé dans la nuit du 13 au 14 juin la tour Grenfell à Londres, tuant 79 personnes, selon le dernier bilan de la police.D’après les pompiers, environ 120 familles auraient été touchées par l’incendie. Près de 600 habitants de l’édifice ont été hébergés dans des centres sociaux locaux, des mosquées et des églises.

Une semaine après le drame, Scotland Yard a conclu que le feu n’avait pas été allumé volontairement et que les plaques d’isolation de l’immeuble ne répondaient pas aux normes anti-incendie. L’incendie est parti d’un réfrigérateur défaillant, a annoncé Fiona McCormack, commissaire de la police londonienne.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;