La lutte contre l’histoire commune avec la Russie se poursuit en Ukraine. Samedi soir, des inconnus ont démantelé une plaque commémorative de Gueorgui Joukov, installée sur une avenue d’Odessa

Des individus non identifiés ont enlevé dans la nuit de samedi à dimanche une plaque commémorative consacrée au maréchal Gueorgui Joukov, surnommé «l’homme qui a vaincu Hitler». La plaque avait été installée, sur l’avenue portant son nom jusqu’en 2016, à Odessa, il y a plus de 20 ans après le cinquantième anniversaire de la victoire sur le nazisme.

Les premières informations faisant état du retrait sont venues du parti nationaliste Svoboda qui a déclaré avec fierté que la plaque commémorative de Gueorgui Joukov n’était plus.

Gueorgui Joukov est un militaire, maréchal de l’Union soviétique, connu pour son rôle déterminant durant la Seconde Guerre mondiale au sein de l’Armée rouge. Depuis la bataille de Moscou en 1941 et jusqu’à la bataille de Berlin en 1945, il a dirigé les opérations militaires les plus importantes. En 1946, Joukov a été nommé commandant du district militaire d’Odessa afin de lutter contre une vague sans précédent de criminalité organisée. En quelques mois, la criminalité a chuté de 74% dans le district d’Odessa, selon un rapport dressé à l’époque stalinienne.

En mai 2017, des médias locaux ont fait savoir que les services publics avaient démantelé à Odessa un monument en honneur du maréchal soviétique.

La loi «Sur la condamnation des régimes communiste et nazi» est en vigueur en Ukraine depuis mai 2015. Outre le changement de nom des villes et des rues, des statues et des monuments liés à l’histoire communiste sont régulièrement démontés. Durant cette même année 2015, le parlement ukrainien a adopté une loi considérant les membres de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) comme des combattants pour l’indépendance de l’Ukraine au 20e siècle.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ;