La sortie du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, conclu par Moscou et Washington en 1987, pourrait déclencher une nouvelle course aux armements et conduire à une déstabilisation totale, estime un expert militaire. Moscou espère que l’initiative en question ne représente pas la position de l’administration US dans son ensemble

L’éventuel retrait des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), avancée par des congressistes américains pourrait conduire à une déstabilisation politique et militaire totale, considère l’expert militaire russe et rédacteur en chef du magazine Natsionalnaya oborona (Défense nationale), Igor Korotchenko.

«Ce sont des appels provocateurs compte tenu du fait que le traité FNI est important aussi bien pour la sécurité de la Russie que des États-Unis. Le retrait des États-Unis du traité FNI impliquerait une nouvelle course aux armements et une déstabilisation politique et militaire totale dans le monde. Pour cela, la Russie espère qu’il s’agit d’appels de congressistes lambda et qu’ils ne reflètent pas la politique de l’administration américaine dans son ensemble», a-t-il déclaré dans un commentaire à Sputnik.

D’après l’expert, les déclarations affirmant que la Russie «violerait» le traité sont dénouées de tout fondement et ne sont que soit un mensonge intentionné, soit une interprétation erronée des données fournies par les renseignements américains.

Il a rappelé que la Russie honorait strictement le traité en question: «Nous ne sommes pas intéressés par la sortie du traité et espérons que l’administration du Président Trump aura également une approche équilibrée sur le respect des accords en question», a conclu l’expert.

Rappelons que se référant à une série de membres du Congrès des États-Unis, l’édition Politico a communiqué que l’administration américaine évaluait l’initiative de congressistes américains de sortir du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, signé par Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan en 1987.Le Traité FNI interdit aux signataires d’avoir des missiles balistiques basés au sol et des missiles de croisière d’une portée se situant entre 500 et 5.500 km. La Russie et les États-Unis s’accusent de temps en temps de le violer.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait plus tôt souligné que les dirigeants russes avaient confirmé à maintes reprises leur attachement au respect du traité et qu’il n’y avait eu aucune violation de la part de la Russie. Il a noté que «les États-Unis affirmaient le contraire sans fournir aucune information concrète pouvant être vérifiée pour clarifier la situation».Le ministre a ajouté que Moscou avait de sérieuses questions à poser à Washington concernant certaines libertés que prennent les Américains envers l’application du traité.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ;