Le corps d’un journaliste mexicain enlevé il y a plus d’un mois a été retrouvé, ce qui porte à six le nombre de reporters tués au Mexique en 2017 sur fond d’impunité généralisée

Le corps brûlé d’un journaliste mexicain, qui avait été enlevé il y a plus d’un mois dans l’État de Michoacan (ouest), a été retrouvé, a annoncé lundi le parquet, cité par l’AFP. Ainsi, il s’agit déjà de six reporters tués au Mexique en 2017 sur fond d’impunité généralisée.«Les analyses ADN ont permis de prouver que ces restes correspondaient à Salvador Adame», propriétaire d’une télévision locale enlevé par des hommes armés le 18 mai, a déclaré le procureur de Michoacan, José Martin Godoy, lors d’une conférence de presse.

Le cadavre du journaliste quadragénaire a été découvert le 14 juin par des policiers et des militaires près de la route entre Lombardia et Nueva Italia, a précisé le procureur.

L’enlèvement de Salvador Adame, qui dirigeait la chaîne Canal 6TV, avait eu lieu trois jours après la mort du journaliste Javier Valdez, spécialiste du narcotrafic et pigiste de l’AFP, abattu en plein jour à Culiacan dans l’État de Sinaloa (nord-ouest). Sa mort par balle avait suscité une vague d’indignation internationale.Le chef de l’État Enrique Peña Nieto s’était alors engagé à renforcer et étendre les mécanismes de protection des reporters, ainsi qu’à combattre l’impunité dans un pays où plus de 90% de ce type de crimes restent impunis.

Depuis 2000, plus de 100 journalistes ont été tués dans ce pays. Selon Reporters sans frontières (RSF), le Mexique est le troisième pays le plus dangereux au monde pour exercer l’activité de journaliste après la Syrie et l’Afghanistan.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ;