Le Kremlin a mis les points sur les i concernant le rôle que l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger a joué dans la rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump

L’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger n’a pas joué le rôle de médiateur dans le futur tête-à-tête entre le Président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Donald Trump, d’après le porte-parole de Vladimir Poutine Dmitri Peskov. Ce dernier avait plus tôt déclaré que la question de l’organisation d’un tête-à-tête entre les deux chefs d’État n’était pas encore discutée.

M.Peskov a également fait remarquer que la rencontre Poutine-Kissinger qui avait eu lieu jeudi était personnelle et que l’ancien secrétaire d’État américain n’avait apporté aucun message de la part de l’administration de Donald Trump.

Dmitri Peskov a rappelé que M.Kissinger était arrivé à Moscou afin de participer au forum international «Lecture de Primakov»:

«En contact depuis de longues années, le Président [russe] et l’ancien secrétaire d’État américain profitent de la concordance de leurs emplois du temps pour organiser des rencontres personnelles», a fait savoir le porte-parole du Président russe.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a également rencontré jeudi l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger. Les deux hommes ont échangé leurs opinions concernant la situation actuelle, les perspectives des relations russo-américaines et certains problèmes régionaux d’actualité, indique le message officiel du ministère russe des Affaires étrangères.

Henry Kissinger a occupé le poste de chef de la diplomatie américaine dans les années 1970. Il a été l’un des auteurs de la politique de détente vis-à-vis de l’URSS. Depuis des décennies, il est l’un des experts les plus influents de la politique extérieure des États-Unis.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ;