Selon les autorités nord-coréennes, le tir réussi d’un missile balistique intercontinental doit être interprété comme une «menace réelle» pour l’ennemi et confirme la puissance illimitée de son industrie de défense

Le tir réussi d’un missile balistique intercontinental (ICBM) Hwasong-14 est la confirmation des possibilités illimitées de l’industrie de défense de la Corée du Nord et vise à faire comprendre à l’ennemi que les missiles nord-coréens représentent une menace réelle pour les États-Unis, d’après l’agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

«Le tir réussi d’un missile balistique intercontinental Hwasong-14, qui constitue le sommet du développement des capacités nucléaires du pays, est un puissant énoncé des possibilités illimitées de l’autosuffisance de l’industrie nationale de défense […]. Le tir aidera les forces ennemies à comprendre clairement que les missiles balistique nord-coréens représentent une menace réelle pour les États-Unis», a indiqué la KCNA.

L’agence souligne également que d’après les autorités nord-coréennes, les États-Unis «bluffent» quand ils déclarent être capables d’intercepter des missiles balistiques lancés vers le continent américain.

«Il ne faut pas sous-estimer le fait que toute la partie continentale des États-Unis se trouve à portée de tir de la Corée du Nord et que la Corée du Nord a toutes les chances de porter une frappe décisive», toujours selon la KCNA.

La Corée du Nord a annoncé mardi 4 avoir lancé avec succès un missile balistique intercontinental (ICBM) Hwasong-14, affirmant désormais avoir la capacité de frapper un objectif dans n’importe quelle partie du monde. L’essai a été supervisé par le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, selon la Télévision centrale coréenne. La partie nord-coréenne affirme également que le missile avait atteint une altitude de 2.802 km et volé sur une distance de 933 km.Pourtant, selon les données du ministère russe de la Défense, la fusée nord-coréenne a atteint une altitude de seulement 535 kilomètres et parcouru une distance d’environ 510 kilomètres avant de tomber dans la partie centrale de la mer du Japon. La Russie a donc pu établir qu’il s’agissait d’un engin de moyenne portée.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;