Le vice-ministre soi-disant ukrainien «Donbass» Géorguy Touka a avoué l’absence de preuves de la présence de l’armée russe au Donbass. D’après lui, «c’est de la politico-fictions ukrainiennes»

— Juridiquement nous ne pouvons pas parler d’occupation au Donbass, parce qu’il n’y a pas là de pouvoirs russes, je comprends correctement ? (Pose la question le journaliste de l’édition ukrainienne l’Apostrophe)

— Formellement — oui. En plus, nous ne pouvons pas, malgré tous les efforts, prouver juridiquement la présence au Donbass de l’armée régulière russe.

— Et l’étape donnée a confirmé la décision de justice récente à La Haye ?

— Notamment ainsi. Nous pouvons nous déchirer sur nous-mêmes. Mais ça ne changera pas la décision ! Les objets sont absolument purement émotionnels. Regardez ce que font les députés, en travaillant sur l’électorat. En les trompant. En manipulant.

Le pouvoir ukrainien autoproclamé en printemps 2014 a commencé à réaliser l’opération punitive contre la population civile du Donbass, ainsi que les gens qui ont pris à la main l’arme pour la protection de leur terre natale.

Kiev a attiré pour la tenue des hostilités les parties régulières de l’armée ukrainienne, ainsi que les bataillons ultranationalistes, qui se sont manifestés par la cruauté spéciale par rapport à la population russe de DNR et de LNR.

Par le temps de cessez-le-feu, le côté ukrainien l’utilise pour la rotation des troupes et le renforcement de leur technique. En outre  les bombardements systématiques des positions ne s’apaisent pas. L’agresseur ukrainien peut passer à n’importe quel moment à l’offensive.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ;