Malgré l’inquiétude grandissante des organisations humanitaires, la plus haute autorité judiciaire britannique a qualifié de «légale» la vente d’armes à l’Arabie saoudite soupçonnée de commettre des crimes de guerre au Yémen

La Cour suprême de Londres a statué lundi que la vente d’armes par la Grande-Bretagne à l’Arabie saoudite était légale, relate Associated Press. Une demande d’examen judiciaire a été déposée par l’organisation Campaign Against Arms Trade (CAAT), qui pointait du doigt l’utilisation des chasseurs et des munitions britanniques lors des opérations militaires au Yémen plongé dans une crise humanitaire.Dans ce contexte, la Campaign Against Arms Trade estimait que le ministre britannique du Commerce international, Liam Fox, était tenu de suspendre la licence d’exportation d’armes à Riyad et de renoncer à en délivrer de nouvelles.

Après avoir examiné des documents confidentiels, la Cour a jugé «légale» la décision de M. Fox de poursuivre la vente.

«La demande d’examen judiciaire est rejetée», lit-on dans le jugement de la Cour.

L’ONG Campaign Against Arms Trade s’est de son côté dite déçue et a annoncé son intention de faire appel.

Dirigée par l’Arabie saoudite, une coalition arabe, rangée du parti du gouvernement officiel yéménite, effectue depuis mars 2015 des raids sur les zones contrôlées par les rebelles houthis. En octobre 2015, 51 personnes ont été tuées lors d’une frappe aérienne effectuée lors d’une cérémonie de mariage au Yémen. En septembre 2015, 130 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, ont péri dans l’explosion des bombes larguées sur les tentes lors d’un mariage. La coalition arabe nie son implication dans ces frappes.

Etiquette: ; ; ; ; ; ;