Sans mâcher ses mots, le porte-parole du Kremlin a commenté l’article paru dans le NYT selon lequel près de 40 minutes du premier rendez-vous entre Vladimir Poutine et Donald Trump auraient été consacrées à la présumée «ingérence russe» dans la présidentielle américaine

Les allégations d’un article du New York Times consacré au premier tête-à-tête entre les Présidents russe et américain relèvent de l’«absurde», a affirmé dimanche le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. Cette déclaration intervient suite à la parution sur le site du journal américain d’un article selon lequel 40 minutes de la première entrevue entre les deux chefs d’État auraient été consacrées à la présumée «ingérence russe» dans la présidentielle américaine. Le média qui cite un officiel de la Maison-Blanche prétend également que Vladimir Poutine aurait «vigoureusement demandé des preuves» à son homologue américain.

«Je répète une fois de plus que seules deux personnes y étaient présentes, comment donc le New York Times pouvait-il savoir combien de minutes étaient consacrées à tel ou tel sujet, qui et à quel moment a élevé la voix et s’il l’a élevée en réalité», a expliqué M. Peskov dans une interview à la chaîne Rossiya 1.

«Tout ceci témoigne de façon éloquente du fait qu’il y a de grands conteurs de fables qui font tout leur possible pour empêcher le retrait de la vague de russophobie», a-t-il poursuivi.Le premier tête-à-tête entre Donald Trump et Vladimir Poutine s’est tenu vendredi à Hambourg, en marge du sommet du G20. Les discussions ont duré près de deux heures et demie. Donald Trump a par la suite qualifié l’entrevue de «formidable».

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;