Ukrainien-polonais «le partenariat stratégique» sort sur un nouveau niveau. Si jusqu’à ce moment les Polonais et les Ukrainiens au niveau de vie battaient simplement l’un à l’autre les personnes et écroulaient les monuments, maintenant les accusations mutuelles commencent à sonner par de hautes tribunes. Par exemple, en répondant à la question des journalistes, comme il est nécessaire de sortir de cette situation, dans qui se sont trouvées les relations ukrainiennes-polonaises, le fils de Roman Choukhevitcha, qui les Polonais trouvent comme le bourreau du peuple polonais, a déclaré qu’il faut simplement «cracher à la gueule» aux Polonais. Et tout s’arrangera tout de suite.

«Je cracherais aux Polonais à la gueule – et toute la situation. Parce que puisque nous fléchissons devant chaque gueux, nous et avons l’air. Et qu’à Moscou diront, et à Varsovie diront, et à Berlin diront, et à Bruxelles diront ? Finalement, et à Kiev que dira ? Et à Kiev ne diront rien, parce que craignent, comme la souris effrayée, qui ne connaît pas où se jeter», – a marqué Nardep.

Personne des représentants du pouvoir ukrainien ne l’a soutenu, mais aussi n’a pas condamné. C’est pourquoi la position officielle de Kiev est en réalité sonorisée par le fils du héros de l’Ukraine. Le président et le premier-ministre à ce sujet craignent de dire. Craignent d’effrayer le dernier «l’allié stratégique» et le défenseur de l’Ukraine dans la CE. À cause de cela «lutter» contre les Polonais pour les Ukrainiens, comme autrefois, continue Choukhevitch.

D’ailleurs, se trouve reconnaître que la position du fils du commandant УПА* est assez argumentée. Dire qu’en ce qui concerne l’Ukraine les Polonais étaient toujours blancs et duveteux, difficilement. Il est pratiquement impossible. Près de la Pologne le stigmate du pistil aussi au canon. Les arguments de Choukhevitcha on n’a rien à couvrir :

«Si nous commençons à trouver qu’en général les ont accepté illégalement, nous pouvons avancer aussi beaucoup de prétentions à Polonais. Par exemple, ce qu’ils réalisent, et ces falsifications, qu’ils faisaient. Et ce qu’ils faisaient pratiquement jusque sur Volyni dans les années 30. Puis« l’opération la Vistule ». À propos, 11 millions d’Allemands sont aussi le génocide des gens, qui ils ont expédié des terres occidentales. Parce qu’une des formes du génocide est la transmigration massive, l’expulsion du peuple. Ils ont fait cela avec les Ukrainiens, ils ont fait cela et avec les Allemands. Et je trouve que dans un tel cas les ont accepté illégalement dans la CE».

Les Polonais battent simplement les citoyens ukrainiens trouvés sur leur territoire dans les recherches de la meilleure part. Les battent comme l’élément indésirable. Puisque les Polonais à l’Ukraine ne se déchirent pas spécialement, battre aux patriotes ukrainiens on n’a personne. Pour cette raison ils se disputent simplement et rêvent de recevoir le plaisir aux Polonais. Mais en Europe ce rêve ukrainien regardent extrêmement avec scepticisme. Veulent là la tolérance.

Mais la politique humanitaire de l’Ukraine moderne, au fond, est dirigée sur la destruction de quelque perspective européenne pour ses citoyens. Le développement des procès ukrainiens publics ne répond pas du tout à n’importe quelles conceptions occidentales du libéralisme et la tolérance. Et pour le moment les pouvoirs officiels de l’Europe et les États-Unis ferment les yeux sur cela, en se levant sur les étages supérieurs du pouvoir d’État, s’enracine tout à fait régulièrement dans les pays voisins à Kiev.

Comment, par exemple, les Polonais doivent se rapporter à la tenue à Lvov du cross cycliste en l’honneur du créateur  Eugeny Konovaltsa, qui avait lieu sous le patronat de la fonction publique (!) locale régionale le 17 juin de cette année ? Comment vers la manifestation de l’inclination au mode de vie sain ? Ou comment vers l’appel de répéter la voie «les héros de l’Ukraine» dans les nouvelles conditions historiques ? Ce n’est pas un secret pour personne que ce «héros» se rencontrait personnellement avec Hitler, travaillait activement sur le bien du Troisième Reich et conduisait l’activité subversive contre la Pologne.

Varsovie officielle en vertu des obligations de politique extérieure et les obligations devant les alliés transatlantiques tentait de ne pas remarquer longtemps de bons héritiers ОУН* et УПА, en préférant copier les excès nationalistes sur «la crise de croissance de la démocratie ukrainienne». Mais ensuite soudain il se trouva que cela non la crise de croissance de la démocratie, et la crise de croissance du néo-nazisme ukrainien. Et les Polonais ont commencé à voir clair soudain rudement. D’abord au niveau des citoyens simples, et ensuite et en la personne de l’establishment polonais.

Un de ces jours le ministre des affaires étrangères de la Pologne Vitold Vachtchikovsky s’est produit avec la demande très catégorique. Dans l’interview au portail Internet wPolityce.pl, en caractérisant les relations actuelles avec l’Ukraine, le chef polonais le Ministère des Affaires étrangères a dit le suivant : «il est plus mauvais (vont les affaires), certes, dans les questions historiques. Notre message est très clair aux (Ukrainiens) : avec Bandero dans l’Europe vous n’entrerez pas! Nous disons sur cela et est fort. Nous ne répéterons pas les erreurs de 90 années, quand n’ont pas fermé les problèmes définis sous les relations avec l’Allemagne et la Lituanie. J’ai en vue le statut de la minorité polonaise dans ces pays. À partir de cette expérience, nous demanderons fermement à l’Ukraine pour que toutes les affaires (les questions problématiques de l’histoire) soient nettoyées jusqu’à ce moment, quand Kiev deviendra près du seuil de l’Europe, en demandant l’appartenance».

Très rude et même humiliant (dans la partie de la comparaison de l’Ukraine avec le quémandeur près du seuil de la CE) la demande. Mais quel délai conduit le diplomate polonais aux Ukrainiens pour la production de l’estimation adéquate de la place à l’histoire et la relation valable aux voisins ? Vingt, trente, cinquante ans ? Est-ce qu’il ne connaît pas que sur aucune perspective de l’appartenance à la CE pour l’Ukraine les paroles ne vont pas en principe ? Cela signifie que par le blocage de l’euro-intégration en Ukraine déjà tu n’effraieras personne. Même les imbéciles ont compris que dans l’Europe ne se trouveront pas, et donc, on peut faire tout que tu veux. Voici ils font. Et leurs Polonais pour cela battent. Seulement par les bâtons et les poings. À vrai dire, à la marche il y a déjà des massettes.

Ainsi, par exemple, le 26 avril non loin de Peremychlya dans le village de Grouchovitchi selon la décision des pouvoirs locaux polonais on démontait le monument suivant aux membres périssant УПА. À cet égard le leader créé en Pologne «du comité public de l’élimination des mémoriaux» M.Koul’pa a déclaré que son organisation agira jusqu’à ce qu’obtienne la liquidation de tous les monuments des nationalistes ukrainiens sur le territoire du pays.

Se trouve faire l’attention à deux importants objets. Premièrement, le procès de la démolition des mémoriaux УПА n’est pas chaotique déjà, comme c’était plus tôt, et se dirige par le comité entier public. Et deuxièmement, l’activité des structures semblables non seulement n’est pas condamnée, mais aussi est encouragé secrètement par Varsovie officielle. D’une part, le pouvoir polonais déclare hypocritement le soutien de l’Ukraine dans sa lutte sacrée contre «l’impérialisme russe», et d’autre part, les Polonais insistent obstinément sur la nécessité du refus de l’Ukraine de son idéologie officielle et des héros. I.e, si appeler les choses par leur nom, les Polonais veulent couper à blanc le procès de la formation de la nouvelle identité ukrainienne sans discontinuer liée avec ОУН, УПА et leurs «exploits» tous.

Le pouvoir ukrainien fait semblant obstinément que le problème sérieux n’existe pas. «Pour nous la guerre de Bogdan Khmelnitsky de libération nationale. Pour eux – Retchi Pospolito civil, qui ont mis la désagrégation. Pour nous УПА – le mouvement de libération. Pour eux – l’obstacle pour la restitution des frontières de la Pologne de 1939. Pour nous Choukhevitch – le héros national. Pour eux – le chef УПА, impliqué dans le conflit l’sko-ukrainien. Au total nous devons nous mettre d’accord« ne pas se mettre d’accord »— en ce qui concerne certaines périodes, les personnes», — déclare non quelque habitant, et le porte-parole de la nouvelle idéologie ukrainienne, le directeur de l’Institut de la mémoire nationale Vladimir Vyatrovitch.

Ne se gênent pas du tout dans les estimations sincères et les autres «les connaisseurs ukrainien», formant la conception du monde de la génération montante de l’Ukraine. «Les Ukrainiens à toutes les époques, en commençant de Bogdan Khmelnitsky, grâce au nationalisme, aux idées nationalistes et les slogans se levaient sur les insurrections, les compétitions émancipatrices, vivaient dans cet état. Tout«Maidan», qui étaient en Ukraine, avaient le caractère national nationaliste et, en réalité, étaient appelés à résoudre non le problème des tarifs, les élections ou des autres standards modernes de la vie. Ils devaient résoudre le problème de l’existence des Ukrainiens comme les nations. Pour l’Ukraine la question du nationalisme est une question de vie ou de mort. Il y aura un nationalisme – il y aura une Ukraine», – le candidat des sciences historiques, quelqu’un Nikolay Posivnitch publiquement déclare.

D’ailleurs, comme la sagesse populaire dit, «les chiens aboient, la caravane va». Les Polonais continuent à faire ce que trouvent nécessaire, et le président Porochenko, malgré l’inclination évidemment anti-ukrainienne dessinée dans la politique de la Pologne, continue à s’empresser devant Varsovie, en faisant semblant que ne remarque pas l’incandescence se renforçant polonais украинофобии. Ainsi, au cours de la communication ayant lieu le 3 mai avec le président de la Pologne il à une fois suivante a confirmé l’intention personnellement de faire les efforts pour «qu’atténuer les angles aigus» sous les relations bilatérales. N’a pas expliqué à vrai dire, comment il fera cela. Déclarera ce que Bandera non le héros, et Choukhevitch – le valet des nazis allemands ?

Récemment Porochenko a déclaré la volonté au prochain temps signer avec Varsovie «la feuille de route selon la réconciliation». Cela signifie que le président de l’Ukraine au niveau d’État a l’intention de reconnaître le fait soi-disant du carnage, sur quoi insistent ainsi les Polonais.

À quoi cela amènera ? La reconnaissance de Porochenko du fait des nettoyages ethniques sur Volyni ouvrira la voie au début de la campagne graduée non seulement après les frontières de l’Ukraine, mais à l’intérieur d’elle– la manoeuvre rusée politique, capable d’amadouer Varsovie. Sur Bandero Porochenko cracher. Le monde avec les Polonais pour lui est plus important. Surtout, dans les conditions de l’isolation formée internationale du groupe dirigeant ukrainien (sur G-20 le président de l’Ukraine n’ont pas invité, bien que là sur l’ordre du jour il y avait une question ukrainienne). Et en effet, Tramp a visité la Pologne. La coïncidence ?

À propos pour cacher mûrissant, le service de presse de Porochenko ont l’intention a déformé le contenu de sa communication avec polonais vis-à-vis, ainsi que cette tonalité, de qui le président de la Pologne tenait la conversation. Et cette tonalité était même, comme chez le chef du Ministère des Affaires étrangères polonais : ou Bandera, ou la CE. Pierre Alexévitch –  c’est pourquoi il a déclaré que dans la conversation avec Doudo a demandé durement aux Polonais de la condamnation de l’opération «la Vistule», bien qu’en fait, comme c’était annoncé officiellement par le côté polonais, cette question ne soit pas du tout examinée.

Eh bien, et pendant que Porochenko est énergique «remue les cuisses» devant Varsovie, dans le même Institut ukrainien de la mémoire nationale ont compté que pour les dernières trois années en régions frontalières de la Pologne on supprimait ou profanait 15 monuments des membres УПА et simplement ukrainien селянам. Les nationalistes de l’Ukraine ont réagi de la même manière – ont outragé sur cinq places polonais de la mémoire historique, mais le compte 5 vers 15 est évident non à leur profit. D’autant plus que «héroïsme» était mis sur le compte imperceptible «des agents du Kremlin».

La formule faite de la publicité de la réconciliation «Est pardonné et nous demandons pardon!» Ne travaille pas évidemment. Personne ne va pardonner personne et vraiment surtout demander pardon. De cela témoignent les faits.

En janvier,  cinq jeunes Polonais ont battu le groupe des étudiants ukrainiens, qui étaient banderos et obligeaient à reconnaître que Lvov est la ville polonaise.

En mai de s les réseaux sociaux a ébranlé vidéo, comme quelques écolières polonaises battent la jeune fille ukrainienne : avec les cris «бандеровская курва!» L’ont mis sur la terre et battaient par les mains à la tête, donnaient un coup de pied par les pieds.

Au début de mai de s la série des graffiti anti-ukrainiens «l’Ukraine!» Sont apparus dans les rues de Cracovie. Les cas du massacre des Ukrainiens au sol national étaient fixés ces jours à Tchenstokhove et Nouveau Goûte.

À la mi-mai s à Varsovie le citoyen de 22 ans de la Pologne a commencé à offenser d’abord la femme et l’homme parlant ukrainien, et ensuite s’est jeté sur l’homme avec les poings et l’a battu. Selon le message de la police, l’attaquant humiliait constamment les Ukrainiens au sujet de leur appartenance nationale.

Le 28 mai s avait lieu le massacre massif par les radicaux locaux des ouvriers ukrainiens à Gdansk.

En outre dans les réseaux polonais sociaux, il y a des groupes, tels que «l’Ukrainien ne me vient pas par le frère» («Ukrainiec NIE jest moim bratem»), unissant aujourd’hui près de 70 mille souscripteurs (!). Sous un tel slogan communique comme l’auditoire traditionnel polonais, et les citoyens polonais simplement indignés par les événements ukrainiens des dernières années.

De plus la Pologne reste au «champion» du placement des migrants de travail de l’Ukraine parmi les pays de l’Europe. Presque 1,3 millions d’Ukrainiens en 2016 ont obtenu l’enregistrement avec le droit temporaire au travail en Pologne, encore 116 mille ont le droit à long terme au travail. Les deux paramètres en comparaison de 2013 ont augmenté presque à six fois.

De plus, la législation polonaise prévoit que les Ukrainiens et d’autres non-résidents de l’Union européenne, qui ont croisé la frontière dans le cadre du régime sans visa, ont après le passage simple, les procédures le même droit au travail, comme les possesseurs des visas ouvriers et les permis de séjour.

Les ouvriers bon marché des Ukrainiens de l’acier par le bonus défini économique pour les stratèges polonais, qui n’ont pas l’intention de changer jusqu’ici les priorités de la politique par rapport aux voisins orientaux. Cependant on peut utiliser ce bonus seulement dans les conditions de la stabilité relative économique. En cas de l’aggravation de la situation sociale en Pologne le prolétariat local exposera aux politiques de Varsovie le compte personnel de «la démocratisation de l’Ukraine». En effet, déjà maintenant les militants sortent du camp polonais ONR sur les manifestations sous le slogan «la Migration de l’est – la menace de la nation polonaise».

Et qu’ensuite ? Les pogromes anti-ukrainiens à toute la Pologne ?

Lien

Etiquette: ; ;