S’exprimant lors d’un rassemblement massif tenu à Istanbul à l’occasion de l’anniversaire de la tentative de coup d’État, le chef dirigeant turc a salué la victoire sur les putschistes et a mis en garde contre de nouveaux ennemis

Un an après le putsch raté, Ankara ne se sent toujours pas en sécurité. Prenant la parole lors d’un rassemblement organisé dans la nuit de samedi à dimanche à Istanbul, le Président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré:«De multiples ennemis attendent le déclin de la Turquie». Sans apporter plus de précision, le Président turc a ajouté: «Si je me mets à les énumérer, cela débouchera sur une énorme crise de portée internationale.»

Évoquant dans ce contexte le prédicateur musulman Fethullah Gülen, accusé par Ankara d’avoir organisé le coup d’État manqué dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016 en Turquie, M. Erdogan a rappelé que l’homme vivait en exil aux États-Unis depuis 1999 et qu’il possédait un important lopin de terre en Pennsylvanie.

Adoptant un ton solennel et qualifiant de victoire le putsch réprimé, le dirigeant turc s’est félicité d’avoir réussi «en 20 heures, à faire échouer les desseins criminels que les traîtres avaient mijotés pendant 40 ans».Dans la nuit du 16 juillet 2016, des militaires turcs ont lancé une tentative de coup d’État. Le putsch a été rapidement réprimé par les autorités. Selon Ankara, la rébellion avortée a fait 290 morts, dont 190 civils et 100 putschistes, ainsi que plus de 2.000 blessés.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;