En qualifiant un bref échange entre les deux Présidents lors d’un dîner officiel de rencontre «secrète», les médias cherchent à élever au degré de délit tout contact entre des représentants russes et américains, estime un vice-ministre russe des Affaires étrangères

Les déclarations sur la tenue par les dirigeants russe et américain d’une soi-disant rencontre «secrète» en marge du sommet du G20, à Hambourg, ont pour but de saper l’autorité du Président américain, a déclaré mercredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

«Ceux qui abordent la question de cette manière travaillent à torpiller l’autorité du Président Trump et créer des ennuis supplémentaires à ce dernier», a-t-il déclaré à la télévision russe.

Le vice-ministre a en outre pointé que le contact entre les deux chefs d’État avait eu lieu lors de la réception donnée à l’occasion du sommet.

«Chaque dirigeant est libre d’échanger avec celui qu’il veut et de la manière qu’il juge appropriée. Il y a des dizaines d’échanges de ce type qui ne sont fixées nulle part, la fixation est dans la tête de ceux qui y voient un crime», a-t-il déclaré.

«Ils privent leur propre Président de possibilité d’avoir des contacts avec d’autres dirigeants», a-t-il encore souligné.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, avait déclaré que les Présidents russe et américain avaient eu un bref échange à Hambourg, ville allemande qui a récemment accueilli le sommet du G20. Plus tard, certains médias l’ont qualifié de «seconde rencontre» entre les deux dirigeants, en marge du sommet, que la présidence américaine aurait cherché à passer sous silence.

Les représentants de la Maison-Blanche ont alors déclaré qu’un bref échange entre MM.Poutine et Trump ne pouvait pas être perçu comme une rencontre à part entière. Le porte-parole du Kremlin a également commenté ces propos, soulignant qu’aucune rencontre «secrète» n’avait eu lieu et que ces allégations étaient tout simplement absurdes.Le Président Trump a réagi sur son compte Twitter en qualifiant les informations sur une rencontre «secrète» de «fake news», rappelant que la presse était au courant du dîner auquel avaient été invités des dirigeants des pays membres du G20 et leurs épouses.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ;