La chaîne de télévision RT a attiré à nouveau l’attention des médias et des utilisateurs des réseaux sociaux qui ne cessent de chercher des traces de l’influence russe sur la politique intérieure américaine. Cette fois, c’est la nouvelle campagne publicitaire de RT dans les aéroports de Moscou qui a été l’objet de discussions

La nouvelle campagne publicitaire de la chaîne de télévision RT dans les aéroports de Moscou s’est retrouvée dans le viseur des médias et des utilisateurs des réseaux sociaux.Des bannières en langues anglaise et russe avertissent de manière sarcastique que la chaîne est un «porte-voix de la propagande», dirige les armées de hackers russes et qu’elle rend Hillary Clinton triste.

En particulier, une discussion orageuse a été déclenchée par la publication de photographies d’écrans publicitaires RT dans un aéroport de Moscou par une ancienne employée du service de presse du Parti démocrate des États-Unis, Rachel Palermo.

«En tant qu’une survivante du piratage du DNC [le Comité national démocrate, ndlr], j’ai beaucoup de pensées sur mon escale à Moscou, mais la partie la plus épouvantable était la publicité officielle de RT», a-t-elle publié.

En commentant ce tweet, les internautes se sont moqués de la «survivante», et ont décrit la publicité comme «excellente» et «hilarante» en la qualifiant de «trolling épic».

​«Tu n’es pas une «survivante», tu as travaillé pour un parti politique corrompu qui a eu un mauvais système de sécurité et tu as le privilège de voyager par avion à l’étranger», a répondu l’un des commentateurs.

«Attendez, tu as été à Moscou? Cela signifie que tu es un agent russe maintenant! Et pour toujours!!!», a lancé un autre.

«Un trolling épic»

«Épouvantable? Je pense que c’est hilarant.»

À l’approche de l’élection présidentielle américaine, le portail WikiLeaks a rendu publics des milliers de documents sur l’équipe de campagne de la candidate démocrate, Hillary Clinton, piratés du compte Gmail de son directeur de campagne, John Podesta.

Par la suite, un rapport de la CIA cité par le Washington Post a accusé la Russie d’avoir pesé sur l’issue du vote de l’élection présidentielle américaine en piratant des emails des démocrates durant la campagne. L’équipe de Donald Trump a immédiatement rejeté ces conclusions.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;