Et si le Président américain Donald Trump ne cherchait qu’à «rendre la Russie grande à nouveau», au lieu de se préoccuper du bien-être des États-Unis? Telle est la crainte évoquée par l’ancien directeur du renseignement national américain James Clapper

L’ex-chef du renseignement américain James Clapper craint que Donald Trump ne «rende la Russie à nouveau grande», plutôt que les États-Unis, comme il l’a promis lors de sa campagne présidentielle.Lors d’une conférence de sécurité au Colorado, un animateur a demandé à M.Clapper si le chef de la Maison-Blanche prenait au sérieux la fameuse «menace russe».

«Difficile à dire. Je me demande parfois s’il ne veut pas rendre la Russie grande à nouveau. De temps en temps, je me demande vraiment s’il le prenait au sérieux et de façon claire comme Dan Coats (directeur du renseignement national américain, ndlr) et Mike Pompeo (chef de la Central Intelligence Agency)», a-t-il poursuivi.

De nombreuses accusations d’«ingérence russe» ont été adressées à Moscou par les États-Unis et certains pays européens dont la France, sans toutefois qu’aucune preuve tangible n’aient été présentée à ce jour.

Commentant ces allégations, le Président russe Vladimir Poutine a déclaré que les données divulguées suite aux attaques informatiques ne servaient en rien les intérêts de la Russie et que l’hystérie autour de l’affaire avait pour but de détourner l’opinion publique du contenu des documents. Le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov a affirmé pour sa part que les allégations contre Moscou étaient «dénuées de tout fondement».

Etiquette: ; ;