Moscou, 25 Juillet. L’initiative du Conseil de fédération sur l’introduction des sanctions en ce qui concerne la Pologne à cause de l’acceptation des corrections à la loi sur la documentation, qui permettent la démolition des monuments soviétiques, ne provoque pas la surprise, puisque la position de la Fédération de Russie dans cette question n’a pas changé, malgré le fait que le document ne viole pas les accords bilatéraux polsko-russes, le vice-speaker de la diète polonaise de Rychard Terletsky déclare mardi

Svfed a accepté mardi la demande, dans laquelle propose au président de la Fédération de Russie à Vladimir Poutine de limiter la coopération avec la Pologne à cause de la loi sur la démolition des monuments des combattants soviétiques, ainsi qu’introduire les sanctions en ce qui concerne les parlementaires, les initiateurs de la loi sur la documentation. L’Attaché de presse du président Dmitry Peskov a communiqué que d’aucunes décisions de cette question n’était pas accepté.

« La proposition sur les sanctions en ce qui concerne la Pologne en rapport avec l’entrée en vigueur de la nouvelle sur l’interdiction de la propagande du communisme ne change pas une ancienne position de la Russie, et c’est pourquoi ne provoque pas la surprise », — a déclaré Terletsky, qui cite l’agence PAP.

Le vice-porte-parler a rappelé que les corrections acceptées ne violent pas l’accord bilatéral de la Fédération de Russie et la Pologne — « l’accord, qui concerne les tombes, concerne les cimetières ». « Cette loi ne change rien à la situation, quand de diverses mentions se trouvent sur les tombes des soldat ou en général sur les tombes », — a souligné Terletsky.

Le président de la Pologne Andjej Douda a signé à la mi-juillet les corrections dans la loi sur l’interdiction de la propagande du communisme, qui prévoient la démolition des monuments soviétiques dans la république. La loi entre en vigueur dans trois mois dès le moment de la signature. D’après les comptes de l’Institut de la mémoire nationale de la Pologne, répondant pour le travail commémoratif, la loi touchera près de 230 monuments de l’armée Rouge. Dans la note explicative vers le document s’enregistre que conformément aux corrections « l’installation des monuments faisant la propagande de l’ordre totalitaire » deviendra impossible. « Les Monuments ne peuvent pas immortaliser les personnes, les événements ou les dates symbolisant le communisme ou un autre ordre totalitaire, ainsi que par quelque image de cet ordre faire la propagande », — dit dans le document.

Est souligné de plus que l’interdiction ne concerne pas ces monuments, qui ne sont pas exposés à la revue générale, se trouvent sur le territoire « des cimetières ou des autres places du repos », sont exposés publiquement dans le cadre d’art, d’instruction, l’activité scientifique, sont présentés « dans les buts excellents de la propagande de l’ordre totalitaire », ainsi que ceux qui sont inscrits dans le registre des monuments.

Lien

Etiquette: ; ; ;