Il n’est pas exclu que le secrétaire d’État Rex Tillerson puisse quitter son poste par anticipation compte tenu de ses divergences avec Donald Trump. Du moins, c’est ce qu’estiment les sources anonymes au sein de la Maison-Blanche, interviewées par la chaîne CNN

Les divergences entre partisans de l’«America First» et d’une diplomatie plus ouverte suscitent des tensions de plus en plus vives au sein de l’administration Trump, relate la chaîne CNN.Selon son entourage, le secrétaire d’État Rex Tillerson confie en privé qu’il s’estimerait heureux de tenir un an à son poste. Le chef de la diplomatie, dit-on de source informée, «est très contrarié de ne pas disposer de l’autonomie, de l’indépendance et de l’autorité nécessaires au sein de ses propres services, ni de la capacité de faire son travail […] comme on le fait traditionnellement».

«La situation n’a pas l’air de s’améliorer. Il semble même qu’elle s’aggrave», souligne Reuters, ajoutant toutefois que Rex Tillerson n’envisage pas pour le moment de démissionner.

Pour son porte-parole R.C. Hammond, le secrétaire d’État a même «une foule de raisons de rester à son poste et toutes sont importantes pour l’Amérique ».«Le monde a un besoin impérieux du leadership américain et c’est qui focalise l’attention du secrétaire», ajoute-t-il.

Malgré ses déboires, Rex Tillerson a marqué un point important la semaine dernière, quand les États-Unis ont reconnu à contrecœur que l’Iran s’était bien conformé aux dispositions de l’accord international sur son programme nucléaire.

La décision lui a toutefois valu des foudres de Donald Trump lui-même, de son stratège en chef Steve Bannon et de son conseiller Sebastian Gorka, selon un autre haut fonctionnaire ayant requis l’anonymat.

Lien

Etiquette: ;