Des affrontements ont éclaté jeudi entre la police israélienne et des Palestiniens sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est annexée, alors que les fidèles musulmans pénétraient dans ce lieu saint pour la première fois en deux semaines, a constaté un correspondant de l’AFP

Les autorités politiques et religieuses avaient appelé jeudi matin les Palestiniens à retourner prier sur l’esplanade des Mosquées après l’annonce par Israël du retrait de toutes les nouvelles mesures de sécurité qu’il avait mises en place aux entrées de ce site ultra-sensible.

Des journalistes de l’AFP ont vu des milliers de fidèles entrer sur l’esplanade, un site que les musulmans désignent sous le nom de Noble sanctuaire et les juifs Mont du Temple, pour effectuer la prière de l’après-midi.
Certains pleuraient de joie tandis que d’autres criaient «Allah Akbar» («Dieu est le plus grand», ndlr).
Mais des affrontements avec les forces de sécurité israéliennes ont rapidement éclaté, le Croissant rouge palestinien faisant état de 46 personnes blessées sur l’esplanade des Mosquées et aux alentours du site.
Les raisons de ces heurts n’étaient pas clairs dans l’immédiat.
Deux policiers israéliens avaient été tués le 14 juillet par des Arabes israéliens à une des portes de la vieille ville, où est située l’esplanade.

La mise en place ensuite d’une série de mesures de sécurité aux entrées de ce site avaient provoqué des tensions qui ont rapidement dégénéré en affrontements meurtriers entre manifestants palestiniens et forces de l’ordre israéliennes à Jérusalem-Est, partie palestinienne —occupée et annexée par Israël— de la ville et en Cisjordanie occupée.
Et jusqu’à jeudi, pour protester contre ces mesures, les fidèles musulmans priaient à l’extérieur de l’esplanade des Mosquées, qui comprend la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher.

Etiquette: ; ; ; ;