La chaîne russe RT ayant été une nouvelle fois évoquée lors des auditions du Sénat US concernant la loi sur l’enregistrement des agents étrangers, la rédactrice en chef du média a proposé aux sénateurs de trouver un autre passe-temps, par exemple la pêche, que de se faire peur avec la chaîne

La rédactrice en chef de RT et de l’agence Sputnik, Margarita Simonian, a commenté le dernier cas d’évocation de sa chaîne au Sénat américain.

«Le principal passe-temps des sénateurs américains: se faire peur les uns les autres avec RT. Ils auraient mieux fait d’aller à la pêche», a déclaré Mme Simonian.

Plus tôt, on avait appris que la chaîne RT America avait de nouveau été évoquée lors des auditions au Sénat des États-Unis concernant la loi sur l’enregistrement des agents étrangers et les tentatives d’exercer une influence sur les élections présidentielles aux États-Unis.

Début juin, les congressistes David Cicilline, du Parti démocrate, et Matt Gaetz, du Parti républicain, avaient présenté une proposition de loi en vue de renforcer les exigences d’enregistrement des agents étrangers.Le document vise à boucher une «lacune» dans la législation américaine sur les conditions d’enregistrement des agents étrangers. Selon les auteurs de l’initiative, lors des élections présidentielles de 2016 aux États-Unis, «la chaîne de télévision Russia Today [RT, ndlr]» en a profité.

Le 6 janvier, la CIA, le FBI et la NSA ont diffusé un rapport accusant une nouvelle fois la Russie d’ingérence dans les élections américaines, sans cependant fournir la moindre preuve, prétextant la nécessité de garder les informations secrètes. Dans ses pages, le document assure que le Président Vladimir Poutine avait ordonné une «campagne d’influence» sur les présidentielles américaines en 2016. D’après le document, les hackers russes et la chaîne RT y auraient participé.

Etiquette: ; ; ; ;