Les nombreux tirs de missiles balistiques effectués par Pyongyang ne feront que provoquer une pression économique et mener à l’isolement diplomatique du pays, mais ce qui est certain c’est qu’ils ne feront jamais de la Corée du Nord une puissance nucléaire, affirme le ministère des Affaires étrangères sud-coréen

Séoul a vertement critiqué le dernier tir de missile balistique nord-coréen de vendredi le 28 juillet.

«Si la Corée du Nord estime qu’en multipliant les provocations nucléaires elle sera considérée comme une puissance nucléaire par la communauté internationale, c’est une illusion anachronique. Elle doit se rappeler que ces nombreuses provocations ne feront que provoquer une pression économique et mener à l’isolement diplomatique du pays», a indiqué dans son communiqué le ministère sud-coréen des Affaires étrangères.

Par ailleurs, le communiqué souligne que les autorités de Séoul ont l’intention de renforcer leur partenariat avec les puissances mondiales afin «d’assurer une réponse résolue aux dernières provocations, notamment par l’adoption de la résolution de l’Onu portant sur le durcissement des sanctions à l’encontre de Pyongyang».

«Les provocations de la Corée du Nord constituent non seulement une violation des résolutions de l’Onu mais aussi une menace sérieuse pour le monde et pour la sécurité sur la péninsule de Corée. Nous les désapprouvons fermement», lit-on également.

En outre, le ministère sud-coréen a fait part de son espoir que Pyongyang répondra à la proposition de Séoul invitant au dialogue entre les représentants militaires qui pourraient contribuer à la dénucléarisation de la péninsule de Corée.Auparavant, la Corée du Sud avait annoncé les mesures de représailles suite au tir de missile réalisé vendredi par Pyongyang. En particulier, Séoul a promis de mener des tests de missiles balistiques et de déployer des batteries supplémentaires du bouclier antimissile américain THAAD.
Plus tôt dans la journée de vendredi, il a été rapporté que peu avant minuit la Corée du Nord avait procédé à un tir de missile balistique depuis la province du Jagang en direction de la mer du Japon, le premier test balistique nord-coréen effectué pendant la nuit.

Selon les données des militaires sud-coréens, le nouveau missile nord-coréen a parcouru une distance de près de 1.000 km et a atteint une altitude de 3.700 km. À Séoul, on estime que le missile testé ce vendredi est plus sophistiqué que celui tiré le 4 juillet et serait intercontinental.

La partie japonaise a pour sa part déclaré que le missile serait tombé dans sa zone économique exclusive sans causer de dégâts.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;