Washington a pris des sanctions à l’encontre du Président vénézuélien Nicolas Maduro, le lendemain des élections de l’Assemblée nationale constituante. Dans le même temps, le secteur pétrolier vénézuélien échappe à des mesures restrictives de la part des États-Unis

Le ministère américain des Finances a déclaré que le pays a imposé des sanctions au Président vénézuélien Nicolas Maduro, au lendemain des élections de l’Assemblée nationale constituante. Steven Mnuchin a également indiqué lors d’un briefing que si les sanctions imposées ne donnaient aucun résultat, les autorités américaines étudieraient la possibilité de mesures supplémentaires.

Washington prend ces sanctions à l’encontre de l’homme politique qu’il accuse d’«avoir sapé la démocratie». Ainsi, tous les actifs financiers de Nicolas Maduro sous juridiction américaine seront gelés et il sera interdit aux citoyens américains de faire des affaires avec lui.Dans le même temps, Washington n’envisage pas pour le moment d’imposer de sanctions à l’encontre du secteur pétrolier vénézuélien, indique l’agence Reuters se référant à des sources informées. De telles mesures sont néanmoins examinées par les fonctionnaires américains.

Les bureaux de vote ont ouvert dans un climat tendu dimanche 30 juillet au Venezuela pour l’élection de l’Assemblée constituante qui avait pour tâche de modifier la Constitution adoptée en 1999. Le parti socialiste de Nicolas Maduro s’est vu attribuer des pouvoirs illimités à l’issu des élections.

L’opposition qui rejette le projet du Président a boycotté l’élection. De même, ses représentants ont appelé à mener une action de protestation massive dimanche dans la capitale, ainsi qu’à dresser des barricades dans tout le pays, cela malgré le fait que le gouvernement a menacé de peines allant jusqu’à dix ans de prison ceux qui feraient obstacle au vote.

Lien

Etiquette: ; ; ; ;