Ces derniers jours une vive escalade des tensions entre la Russie et les USA a été observée avec notamment de nouvelles représailles économiques engagées par le congrès US contre la Fédération et l’expulsion de 755 diplomates étasuniens en retour décidée par Moscou.

A l’origine de cette crise diplomatique d’autant plus grave qu’elle se déroule dans un contexte international explosif (Syrie-Ukraine…), une prétendue ingérence russe dans les élections présidentielles étasuniennes qui aurait  hacké le scrutin et fait perdre la marionnette néoconservatrice Clinton.

Lorsqu’on se souvient des précédentes supercheries de l’administration étasunienne comme celle des soit-disantes armes de destruction massive de Sadam Hussein et aussi de leurs révolutions colorées ou autres opérations sous faux drapeaux comme les tireurs du Maïdan qui en février 2014 vont provoqué le coup d’état en Ukraine, on peut se demander si la première puissance du Monde tant sur le plan militaire que criminel n’est pas elle-même qu’un gigantesque fake !

Qu’en est-il exactement de ces accusations d’ingérence russe lancées par les néo-conservateurs étasuniens et qui aujourd’hui visent autant l’antimondialiste  Poutine que le trublion Trump ?

La déclaration suivante émane du Comité d’action politique de l’économiste américain Lyndon Larouche (LPAC).

Erwan Castel

Source de l’article : Réseau International

Déclaration du LPAC

«M. le Président, enquêtez immédiatement sur ceci !

Washington, (LPAC) – Il est assez rare que nous suspendions nos évaluations stratégiques quotidiennes sur notre site. Si nous le faisons aujourd’hui, c’est en raison d’un mémorandum hors du commun rédigé hier par Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS), un collectif d’anciens professionnels du renseignement américain, qui démontre que le soi-disant piratage (hacking), attribué à la Russie, des ordinateurs du Comité National du Parti Démocrate (DNC) n’était en rien du hacking – mais provoqué par une personne ayant physiquement accès aux ordinateurs du DNC. Les données ont ensuite été maquillées pour incriminer la Russie.

L’intégralité des révélations explosives du mémorandum du VIPS adressé au Président Donald Trump est accessible ici.

Le VIPS, dont fait parti l’ancien directeur technique de la NSA William Binney, soutient l’analyse technique et scientifique réalisée par un groupe indépendant incluant Skip Folden, un ancien responsable d’IBM en charge des technologies de l’information pour les Etats-Unis. Il est à noter qu’aucune analyse technique et scientifique de ce type ne fut réalisée sous Obama.

Si les documents du DNC ont été divulgués au grand public, ce n’est pas la faute aux Russes, mais le résultat de fuites provenant de l’intérieur du DNC. Revoyons le film des événements : la première fuite remonte à juin 2016, un peu avant le 12, jour où Julian Assange annonçait être en possession de documents du DNC et avoir l’intention de les publier. La seconde fuite eut lieu le 5 juillet 2016, dans une tentative manifeste d’entacher de manière préventive tout ce que Wikileaks pourrait sortir, en prétendant que cela venait d’hackers russes.

Comme on le sait, Wikileaks a publié une série d’informations démontrant qu’Hillary Clinton et le DNC conspiraient pour truquer la primaire démocrate contre Bernie Sanders.

Au cœur de l’analyse technique et scientifique, le fait qu’en début de soirée du 5 juillet 2016 (heure d’été de l’Est), un individu travaillant dans cette même zone horaire a copié, depuis un ordinateur directement connecté au serveur du DNC ou du réseau local, 1976 mégabites de données en 87 secondes, sur un système de stockage externe. Cette vitesse est plusieurs fois supérieure à tout ce dont un hacker est physiquement capable. Il apparaît donc que le prétendu piratage du DNC par Guccifer 2.0 (la source de l’information selon Wikileaks) n’était pas un hacking venant de Russie ou d’ailleurs, mais bien une copie de données du DNC sur un système de stockage externe. L’analyse technique et scientifique réalisée sur les métadonnées révèle qu’il y eut ensuite une insertion artificielle – un copié-collé utilisant un modèle russe – avec l’objectif clair d’attribuer les données à un piratage russe. Toute l’opération a eu lieu dans la zone horaire de la côte Est.

Le mémorandum du VIPS appelle le Président à enquêter sur la CIA, en particulier sur l’ancien directeur John Brennan et sur le FBI, pour faux piratage et pour la fausse attribution russe. VIPS rappelle l’aptitude de la CIA à créer des hackages bidons en faisant référence à la révélation récente de l’affaire du Coffre 7 (Vault 7 tools) et du programme Marble Framework.

De ce point de vue, l’ancien directeur de la CIA Brennan, lors du récent Forum de Sécurité de l’Institut Aspen, a appelé à un coup d’Etat de fait contre le Président Trump. Ce dernier devrait donc limoger le procureur spécial Robert Mueller, le protégé et assistant de Brennan dans la poursuite de la guerre illégale et anticonstitutionnelle contre le Président.

Nous appelons le Président Trump à réclamer l’ouverture immédiate d’une enquête au sujet de Brennan et de ses hommes de main, à la fois par la nomination d’un Conseil spécial et par le Congrès.

Si vous lisez cette déclaration et que vous voulez agir, merci de la partager aussi largement que possible et appelez votre sénateur ou votre congressiste pour exiger une enquête.»

_______________________

Observation : Lyndon LaRouche est un économiste étasunien de renom qui, depuis plus de quarante ans, s’est engager dans une c

analyses datant des années 50.  Anti-malthusien LaRouche dénonce la financiarisation de l’économie qu’il tient responsable de la crise systémique monétaire et financière internationale actuelle. Il élargit son analyse économique au champ politique dans lequel il propose des solutions constructives comme par exemple un « Nouveau Bretton Woods », nouvel ordre économique orienté sur l’Homme et la Nature, mais surtout de l’organisation d’un « Pont terrestre eurasiatique », développement des relations Est-Ouest et d’une organisation du Monde  respectant sa diversité naturelle et humaine.

ritique de la défaillance politique américaine dont les crises actuelles confirment la justesse de ses

 

Dans cette optique, Lyndon LaRouche s’oppose à la mondialisation engagée par l’oligarchie financière colonialiste et scrute avec attention ses forfaitures et stratégies criminelles qu’il dénonce aussitôt.

Sources :

de l’article : Réseau international 

Lyndon Larouche : Solidarité et Progrès

Etiquette: ; ; ;