Kiev la russophobe psychotique rêve (avec ses mentors néo-conservateurs US) d’entraîner l’Europe dans une guerre contre la Russie qui alimentera les caisses de l’oligarchie mondialiste. Mais pour ce faire il faudrait que l’Ukraine intègre l’OTAN et qu’ainsi les autres pays membres soient liés à sa folle destinée.

Cette adhésion à l’OTAN qui comme pour les précédentes poussées occidentales de l’organisation militaire étasunienne s’était cachée dans le cheval de Troie que les manifestants avaient trainé sur la Maïdan est maintenant à l’ordre du jour et même une priorité de la politique kiévienne.

Rappelons ici  quelques unes des dates importantes de ce projet russophobe majeur, rien que pour l’année 2017 :

  • Février 2017 :Petro Poroshenko le Président ukrainien a annoncé son intention d’organiser un référendum sur l’entrée de son pays dans l’OTAN dans une interview au journal allemand Berliner Morgenrost
  • Mars 2017 : L’Ukraine demande une nouvelle fois au congrès étasunien de se rapprocher officiellement de l’OTAN en accédant au statut de «pays allié non intégré» à l’alliance (comme l’Australie, le Japon, Israël, la Nouvelle Zélande, la Corée du Sud par exemple) Cette demande, qui est la 2ème tentative de Kiev, été soutenue par 232 députés de la Rada
  • Avril 2017 : Jens Stoltenberg, le Secrétaire général de l’OTAN, concernant cette éventuelle intégration de Kiev dans l’OTAN a déclaré au média étasunien CNN que «Tout dépend si l’Ukraine veut appliquer cette perspective, et l’OTAN devra décider si elle satisfait aux conditions requises»
  • Mai 2017 : Arseni Iatseniouk, l’ancien premier ministre de l’Ukraine, chef du parti ukrainien «Front populaire», a déclaré lors d’une visite au Canada «l’objectif principal de mon pays est de devenir membre de l’OTAN. Aujourd’hui, l’armée ukrainienne protège non seulement l’intégrité territoriale de l’Ukraine, nous protégeons aussi la frontière des pays membres de l’OTAN»
  • Juin 2017 : L’armée ukrainienne de son côté continue sa normalisation atlantiste avec la création de nouveaux grades identiques à ceux de l’alliance («sergent» sergent-chef» etc…)
  • Juillet 2017 : Rencontre entre Jens Stoltenberg et Piotr Poronchenko pour engager le processus d’intégration de l’Ukraine dans l’OTAN.

Parallèlement à cette volonté d’intégration l’Ukraine ouvre ses frontières et les portes du pouvoir à l’OTAN : manœuvres et exercices tout au long de l’année, instructeurs militaires, livraisons de matériels et même prochainement d’armes, conseillers spéciaux présidentiels ou ministériels issus des cadres de l’Organisation etc…

Le pasteur sanguinaire veut saigner une économie ukrainienne déjà moribonde

Olexandre Turtchinov, «père»de l’Opération spéciale antiterroriste d’avril 2014 (il était alors Président ukrainien par interim après le coup d’état du Maidan) est aujourd’hui Secrétaire Général du Conseil de Sécurité et de défense de l’Ukraine et à ce titre continue de superviser les opérations militaires génocidaires contre le Donbass.

L’une des tâches qu’il s’est assignée avec ses conseillers occidentaux de plus en plus présents dans les rouages du commandement militaire ukrainien, est de normaliser l’armée ukrainienne pour qu’elle réponde aux critères d’adhésion à l’OTAN. Cet objectif a d’ailleurs été rappelé comme condition préalable par Jens Stoltenberg, le Secrétaire de l’organisation lors de sa rencontre avec le président ukrainien Porochenko en juillet dernier.Et tous les détails sont passés en revue, de l’évolution des modes opératoires tactiques à la création de nouveaux grades qui tous s’alignent sur le modèle de l’OTAN.

Ainsi Turtchinov, dans une bouffée délirante révélant autant sa qualité de pasteur évangélique que celle d’auteur de fiction, promet d’augmenter d’ici 2020 les soldes de ses «soldats de lumière» pour les aligner sur celles de l’OTAN.

Ignorant à priori la faillite financière de l’Etat ukrainien, Turtchinov demande à ce que les salaires soient multipliés tout simplement par 8 ! il déclare que 10-15 % de cet objectif ont déjà été atteints. Il reste donc du chemin et surtout de l’argent pour parvenir (en 3 ans !) une conformité avec l’OTAN. Dans cette déclaration il faut surtout retenir la date de 2020 qui peut être celle fixée par Stoltenberg pour engager le processus d’intégration.

En attendant, le pasteur sanguinaire va devoir faire réviser le budget de la défense (5.1 milliards de $ en 2017 contre 3,6 milliards en 2013) a déjà connu une augmentation sensible grâce notamment à la réduction des allocations budgétaires pour les retraités, les médecins, les enseignants, ainsi que l’introduction obligatoire d’une taxe sur l’ATO

On comprend mieux pourquoi Turtchinov n’est pas radin, car entre les subventions occidentales et les pensions des retraités, sans compter les aides militaires directes,  il peut gaver ses soudards ! Il va donc demander une nouvelle réforme et augmentation du budget pour mettre les bouchées doubles et «créer une armée de contractuels professionnels »

De fait, ces ambitions démesurées de «Turchyk» sont à l’opposé de la triste réalité de l’armée ukrainienne qui ne s’est pas relevée du délabrement post-soviétique et des défaites subies en 2014 qui à part quelques rares unité professionnelles l’ont transformé en armée désorganisée et démotivée gangrenée par l’alcool, les problèmes d’approvisionnement, les suicides et les désertions et obligée de recruter des repris de justice pour alimenter le front du Donbass et les rangs de ses bataillons spéciaux.

Une fuite en avant avant implosion ou défaite 

Cette nouvelle rodomontade de Turtchinov révèle cependant, dans son délire irréalisable, un état d’esprit qui se moque éperdument de celui des accords de Minsk comme de la réalité du terrain, et qui préfère engager le pays dans une fuite en avant belliciste et suicidaire. Le regain de tension qui vient d’apparaître entre Russie et USA  et qui incite à la reprise des bombardements sur le front du Donbass ou a poursuite du blocage des négociations de Minsk, encourage les déclarations d’intention de ce type qui ne sont pas là pour être réalisées mais avant tout pour provoquer et jeter de l’huile sur un feu déjà très vif !

Comme tous les régimes totalitaires lorqu’ils vacillent, l’Ukraine est tentée de jouer la carte de la guerre totale qui sera bientôt la dernière lui restant…. enfin à condition d’attirer avec une carotte une chair à canon  qui viendra s’écraser sur les remparts russes. Plus que de flatter ses maîtres de l’OTAN qui connaissent bien son armée dépenaillée et enlisée c’est certainement l’objectif premier de cette prêche du pasteur Turtchik qui continue à rêver de croisade contre Moscou…

Erwan Castel

 

Source de l’article : Novorossiya . Su

 

Etiquette: ;