Tout en continuant à privilégier les négociations à la guerre, Moscou a cependant changé son jeu sur le grand échiquier en répondant aux nouvelles représailles économiques de Washington.  Cette nouvelle phase dans le confrontation entre les USA et la Russie risque fort d’interférer dans le Donbass un processus de paix déjà mal en point et enlisé depuis 3 ans.

Voici un article signé  Vladimir Gromov qui évoque ce risque de voir le bras de fer entre l’Est et l’Ouest se décliner ouvertement ici par la réactivation de la guerre entre Kiev et les Républiques du Donbass.

Source de l’article : Novorossiya.su

Kiev et Washington créent les conditions de la guerre à grande échelle dans le Donbass

Je pense qu’il est temps finalement d’ accepter le fait que ni l’Europe ni les Etats-Unis ne vont résoudre le problème du règlement du conflit dans le Donbass par la voie diplomatique. Le principal danger de la politique agressive des États-Unis envers la Russie réside dans l’adoption législative de nouvelles sanctions qui démontre une position étasunienne absolument radicale. Les sanctions sont prises, parce que les États-Unis le souhaitent. Et cela fait partie de leur stratégie géopolitique. Aujourd’hui, ils ont ouvert une pression afin de déstabiliser l’économie et tenter de créer une crise politique grave en Russie. Maintenant, il devient tout à fait clair que les arguments au sujet de la soi-disant « non-respect russe des accords de Minsk, » n’a aucun rapport avec l’adoption de nouvelles sanctions n’ont pas. Et si l’on considère que, pour le même accord Minsk la  Russie n’a pas pris part au conflit, il s’avère que l’absurdité de la politique américaine est absolument identique à la ligne russophobe de Kiev.

L’adoption d’un nouveau paquet de sanctions contre la Russie en fait apporte une nouvelle dynamique négative, et ne laissent aucune marge de manœuvre aux USA pour réaliser conjointement avec la fédération de Russie un règlement de la crise ukrainienne. Les Etats Unis devront donc continuer à aggraver la situation et provoquer l’escalade du conflit armé dans le Donbass. Et la publication par les médias américains d’un plan d’approvisionnement d’armes létales à l’Ukraine, élaboré par le Pentagone et le Département d’Etat ne fait que rajouter de l’huile sur le feu.

Ces actions de Washington ne conduisent pas seulement à une escalade du conflit dans le Donbass, mais créent aussi de nouvelles tensions sur l’ensemble du territoire de l’Ukraine. Les Républiques du Donbass réalisent des mesures positives pour l’exécution des accords de Minsk, mais les sanctions des USA qui continueront à s’intensifier, et la politique européenne ne pourront pas respecter leur engagements pour la mise en œuvre de Minsk». Par conséquent tout ce qui est mis en oeuvre par la Russie pour la résolution du conflit dans le Donbass, l’Europe et les USA feront tout leur possible pour le démanteler, discréditant  non seulement les accords de Minsk, mais aussi  le «format Normandie». Dans ces conditions, le Kremlin peut perdre la motivation de faire des contre-mesures. Par conséquent, le département d’état étasunien, si’il n’a pas  «tué» définitivement le processus de paix, au moins, actualisera toutes les dispositions antérieures.

Une récente déclaration du chef de l’opposition ukrainienne au sujet de la participation des États-Unis au format « Minsk » ressemble à une tentative de jouer de Washington. La logique des politiciens de Kiev est simple: plus vous parvenez à flirter avec les maîtres d’outre-mer, plus vous pouvez piller l’Ukraine. Eh bien, la proposition d’introduire sous le couvert de « casques bleus » de mercenaires de l’OTAN en Donbass contribue seulement à mettre en oeuvre l’objectif principal d’un rapprochement de l’OTAN vers les frontières de la Russie. Ainsi, le changement des accords de Minsk n’est pas seulement une provocation flagrante et peu sophistiquée contre Les DNR/LNR, mais aussi contre la Russie.

Depuis le coup d’Etat en Ukraine en Février 2014, et à la proclamation de la soi-disant ATO dans le Donbass, le principal objectif de Kiev et Washington était d’entraîner la Russie dans un conflit armé, et de lui donner le statut de « l’agression russe ». Mais le Kremlin « la guerre ne s’est pas présentée. » Cependant, les temps changent et les mesures de restriction de la propriété de l’ambassade américaine et la réduction du nombre de ses diplomates  suggèrent qu’une tactique prudente peut aussi comporter aussi des réponses adéquates aux actions agressives de Washington.

Le facteur «Malorossiya»

Très au-delà de l’événement qui est intervenu à la mi-juillet avec la déclaration par Zakharchenko de la création de la Malorossiya on peut difficilement contester le fait que la déclaration du chapitre ДНР historiquement fondée. MAis peu importe ce qui a poussé Zakharchenko a fonder ce projet car c’est avant tout une invitation à la discussion sur le format de la «Nouvelle Ukraine», qui a permis d’analyser la situation,  dans les républiques, comme  parmi les chefs d’états, et par la suite de déterminer les réactions de certaines forces politiques.

La déclaration de Zakharchenko da été comprise par des dirigeants occidentaux non seulement comme le rejet des accords de Minsk, mais aussi un appel à l’annexion des terres ukrainiennes. Dans le contexte de l’ échec à Minsk, la pression simulée constante à Kiev contre Porochenko suscitent de grave préoccupations en Occident évoquées par Merkel et Macron. Mais ni l’ Allemagne , ni la France n’a forcé Kiev à apporter les modifications nécessaires à sa Constitution, et blamer l’ armée pour ses agressions contre le Donbass…

Ni l’Allemagne, ni la France et n’est pas obligatoire de Kiev adopter les amendements nécessaires à la Constitution de vin, et les mesures d’urgence de l’armée ЛДНР pouvait se coucher sur les politiciens occidentaux. Que pour angela Merkel est particulièrement préjudiciable à la veille des élections en Allemagne. De sorte que la réaction était tout à fait attendu: de similaires des attaques de Kiev et de l’Occident, ils tombent dans un état de stupeur. Ainsi, une place pour manoeuvrer les diplomates russes.

Cela dépend beaucoup des Russes eux-mêmes. Je ne voulais pas soulever la question des politologues ukrainiens, des représentants des blogueurs ukrainiens et les médias alternatifs, qui sont en Russie. Je comprends qu’ils font leur travail du mieux qu’ils peuvent. Mais, je pense, beaucoup sont fatigués des attaques offensives contre l’Ukraine. Il faut bien comprendre que le peuple ukrainien et le gouvernement ukrainien sont deux entités complètement différentes. Les Etats-Unis et l’Occident depuis plus d’un quart de siècle poussent l’Ukraine à la guerre avec la Russie. Mais peu importe comment « Maidan » a triomphé ou si le gouvernement n’a pas « tricher », le peuple ukrainien contre le russe… le bon sens finira par triomphe. Les gens doivent se rendre compte et comprendre que la mémoire génétique est difficile à briser, et que tôt ou tard il faudra reconstruire de bonnes relations de voisinage avec la Russie. Et plus tôt les Ukrainiens le comprendront plus tôt ils se débarrasseront de la haine « maïdanite », et plus tôt l’Ukraine va reprendre une vie normale.

Vladimir Gromov

Etiquette: ;