Luca Frusone, député du Mouvement 5 Étoiles, accuse le gouvernement du pays d’avoir «bradé le patrimoine stratégique de l’Italie»

Luca Frusone, député du Mouvement italien 5 Étoiles, a déclaré dans un entretien que les difficultés que les entreprises et sociétés italiennes traversaient actuellement étaient liés l’impuissance du gouvernement italien face à la politique agressive de la France et de l’UE en général.

Ainsi, lorsque M.Macron a été élu, de nombreux anti-populistes pro-européens en Italie ont été déçus parce qu’ils le considéraient comme celui qui mettrait fin aux spéculations politiques et au populisme, explique l’expert. Pourtant, Macron a préféré privatiser les chantiers navals français STX que les Italiens étaient censés acheter:

«Il en a le droit, mais où est-il son fameux européisme et l’égalité avec les autres pays?», se demande l’expert.

Ensuite, le ministre du Développement économique de l’Italie a demandé au gouvernement de revoir les obligations de l’entreprise française Vivendi qui possède la majorité des parts de la société Telecom Italia. Les Italiens n’ont pas non plus oublié qu’ils ont perdu durant ces cinq dernières années 25 milliards d’euros à cause du «shopping» de Paris en Italie: les entreprises Parmalat, Orzo Bimbo, Eridania, Boschetti, Galbani et d’autres, ainsi que l’acquisition de la banque Capirama par la banque française Crédit Agricole et l’absorption de la banque italienne BNL par la BNP Paribas.

Et de poursuivre:

«Mais je le répète: ce n’est pas la faute des Français, mais du gouvernement italien, qui a décidé de brader nos entreprises stratégiques à d’autres pays. Nous perdons notre patrimoine, grâce auquel l’État conserve sa souveraineté».

M.Frusone explique que le gouvernement italien n’a jamais vraiment élevé la voix contre la France et contre les autres pays européens:

«La somme des dépenses annuelles de l’Italie pour l’accueil des migrants a atteint presque 5 milliards d’euros et nous considérons qu’il est raisonnable de ne pas verser cette somme annuellement dans le budget de l’UE, parce que l’Union européenne a laissé l’Italie à la dérive. Qui sera à l’écoute de l’Italie au sommet si Rome n’est prête qu’à recevoir des gifles de la part de Paris et de l’Union européenne?»

Le 27 septembre, lors du sommet franco-italien qui aura lieu à Vintimille en Italie, seront débattus les moyens pour résoudre la situation, y compris autour de la crise migratoire, dans le cadre de laquelle la France viole les accords internationaux, conclut l’homme politique.

Dans son blog, le Vice-président de la Chambre des députés et un membre du Mouvement 5 Étoiles Luigi Di Maio a d’ailleurs écrit que l’Italie se retrouvait actuellement entre les mains de «personnes incompétentes» qui ne sont même pas en mesure de faire face aux problèmes, ce qui ne fait que nuire au pays:

«Notre gouvernement n’a élaboré aucune stratégie qui permettrait de développer notre pays ou avoir la possibilité de répondre aux actes des autres».

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ;