Pour se protéger contre les missiles nord-coréens qui pourraient survoler son territoire en cas d’attaque contre l’île de Guam, le Japon veut déployer des missiles intercepteurs PAC-3 supplémentaires

Le Japon examine la possibilité de déployer un nombre supplémentaire de missiles intercepteurs PAC-3 dans les régions risquant d’être survolées par les missiles nord-coréens tirés en direction de Guam, annonce le quotidien Yomiuri.

Selon le journal, il s’agit des préfectures de Shimane, de Hiroshima et de Kochi. Tokyo entend également impliquer ses navires du Pacifique dotés de systèmes Aegis pour intercepter les missiles nord-coréens.

«Il y a des craintes qu’un missile balistique (de Pyongyang) ou ses fragments tombent sur le sol japonais», explique le quotidien.

Le Japon a déjà déployé 34 systèmes de missiles PAC-3 dans les régions densément peuplées et les bases militaires les plus importantes des Forces d’autodéfense, notamment dans la région de Tokyo et sur l’île de Kyushu.

Comme le rayon d’action de chaque missile PAC-3 n’est que de quelques dizaines de kilomètres, les préfectures de Shimane, de Hiroshima et de Kochi restent sans protection contre d’éventuels survols de missiles nord-coréens.

Auparavant, le ministre japonais de la Défense Itsunori Onodera a déclaré au parlement qu’il voulait «mettre sur pied un système qui permettra à tous les citoyens du pays de se sentir en sécurité».

Récemment, Pyongyang a annoncé son intention de tirer simultanément quatre missiles Hwasong-12 en signe d’«avertissement important aux Etats-Unis».

«Les missiles Hwasong-12 tirés par les Forces stratégiques nord-coréennes survoleront les préfectures japonaises de Shimane, de Hiroshima et de Kochi. Ils voleront à une altitude de 3.356,7 mètres pendant 1.065 secondes [environ 18 minutes, ndlr] et tomberont dans l’océan à une distance de 30 ou 40 km de Guam», a indiqué le général Kim Rak-gyom, commandant des Forces stratégiques de la Corée du Nord.

Lien

Etiquette: ; ; ; ; ;